[Dossier] Consoles Retrogaming de poche : Pandora Game S Mini9 min read

Cela faisait longtemps que je n’avais pas repris la plume pour vous parler de consoles portables made in China. C’est pourtant un marché où il en sort assez régulièrement, mais toutes les tester me prendrait un sacré temps et un joli trou dans le portefeuille. Mais on peut compter sur les copains pour en dégoter quelques unes… Un grand merci à @ahl9 de m’avoir permis de tester la petite dernière à base de Pandora : la Game S Mini ! Après les tests de la RG350, Bittboy, la Retrostone, la 1upboy et d’autres consoles retrogaming, voici un nouveau test de ce dossier consacré aux consoles de poche.

Packaging :

Comme la RG350 testé précédemment, la console est livrée dans une simple boite en carton, avec un câble micro-USB pour la recharge. Pas de manuel, il faudra surfer sur la toile pour en trouver un.

Hardware :

Si vous vous rappelez du test de la Pandora Box 7, les boards Pandora tournent sur des processeurs Quad ou OctoCore ARM. On a exactement le même hardware sur la console portable, mais un peu moins puissant afin d’éviter un dégagement de chaleur trop important. On y retrouve un processeur quadcore ARM Cortex-A7 cadencé à 1.3ghz accompagné d’un GPU Mali 400-MP2, de 512mo de mémoire vive, une NAND de 4go, ainsi qu’un contrôleur Wifi 2.4Ghz/Bluetooth 4.0. L’écran 3.5 pouces de la console possède une résolution de 640*480 cadence à 60hz. On retrouve une sortie audio jack 3.5 ainsi qu’une sortie micro HDMI qui permettra de brancher la console directement sur la télévision. Le tout repose sur une batterie de 4000mah ce qui vous permettra de jouer entre 6 et 8h.

Au niveau des boutons, on retrouve un étrange croix de direction en forme de cercle, un stick analogique, 6 boutons X/A/B/Y/C/D, 3 boutons de fonctions (Home/Select/Start). Sur les côtés de la console, un bouton de volume + et – ainsi que le bouton On/Off/Veille de la console. On peut regretter le choix de micro-switch au lieu de membranes pour les boutons donnant un ressenti moins old school.

La console possède un form factor ressemblant à une Gameboy en plus fin (141mm de longueur,  88mm de largeur et 19mm de profondeur) et arbore des angles assez abruptes mais cela n’empêchera pas une bonne prise en main surtout que la console est très légère, à peine 188 grammes.

Sur la partie audio, la Pandora s’en sort haut la main avec un speaker de bonne qualité penché vers les aigus mais sans saturation. Le rendu sonore en stéréo n’en sera que meilleur avec un casque branché sur la prise jack.

De base, la console est fourni avec une carte micro SD de 32Go et est compatible jusqu’à 128Go. De quoi caler une bonne dizaine de milliers de jeux.

Software :

La console se repose sur l’OS Android en version 6.0 avec une interface Pandora très sommaire. 4 onglets sont présents : ALL qui permettra de parcourir toute la ludothèque. CATEGORY qui regroupe les jeux par machine, RECENT qui se remplira avec les derniers jeux auquel vous avez joué et SEARCH qui comme son nom l’indique vous permet de faire une recherche d’un titre en particulier. Une fois un titre sélectionné, vous aurez le droit à une petite vidéo qui vous donnera un aperçu du titre.

On notera les icônes présents à côté des titres qui donneront aussi quelques indications : VS Fighting, Shmup, Course, Réflexion ainsi que l’émulateur en question et ici, vous n’avez pas à vous tracasser sur la configuration des émulateurs, tout est déjà configuré nativement afin de donner le meilleur rendu possible.

D’ailleurs côté émulation, la petite en a dans le ventre, car elle émule sans problème les consoles 8/16 et 32 bits avec quelques exceptions notamment sur la prise en compte des chipsets style SuperFX pour la Super Nintendo. Par contre, l’émulation se limite aux systèmes les plus connus. Exit les consoles Atari, NeoGeo Pocket, Master System… Bonjour au consoles NES, MD, SNES, PSX,

La Dreamcast est de la partie avec un rendu plus qu’excellent notamment dans les jeux 2D mais quelques soucis audio subsistent dans les jeux 3D, . On notera le même constat sur émulation PSP avec l’audio qui a tendance à laguer suivant les jeux. On espère une amélioration pour les prochaines mises à jour.

Côté Arcade, vous aurez le droit à Mame et Final Burn Alpha pour l’emulation CPS1-2-3, System16, NeoGeo, etc… et là, rien à redire, c’est fluide, sans lag… Une émulation maîtrisée au fil des années.

L’écran de la console s’avère très lumineux et est parfaitement adapté au jeu 3D, même si on peut noter du tearing de temps en temps surtout sur des jeux 2D upscalés. D’ailleurs, il sera possible d’appliquer un filtre de lissage ou des scanlines mais impossible de l’appliquer titre par titre, l’option se cachant dans les options avancées de la console.

Côté maniabilité, la console est inégale suivant les jeux. Quand vous touchez à un versus fighting ou un jeu d’arcade, le panel 6 boutons s’en sort plutôt bien mais dès que vous touchez à un jeu comme Mario Kart ou encore Loco Roco qui demande des pressions sur les boutons L et R, je vous laisse imaginer le délire… Autre problème : la croix directionnelle, elle s’avère pratique sur un jeu de plateforme ou beat em all, mais sur un jeu demandant de sortir des quarts de cercle, le stick analogique s’avérera plus pratique à la longue. Devant la grogne, des petits bidouilleurs en herbe ont sorti une croix directionnelle plus adaptée, mais il faudra repasser à la caisse ou l’imprimer en 3D.

Attaquons nous à la gestion des jeux qui pourrait en fâcher plus d’un… Vous avez l’habitude de faire un simple copier/coller de vos roms sur la carte SD pour que la console puisse les lire… Et bien oubliez cela, car il faudra obligatoirement connecter votre console à Internet via le Wifi et passer par le store Pandora afin de télécharger les jeux.

Même si le procédé peut paraître frustrant, il s’avère que le store reste agréable à parcourir. Les jeux sont catégorisés, soit par genre, soit par machine et il est possible de faire une recherche sur un titre. Attention car certains jeux en Chine sont appelés différemment pour des raisons de droits je suppose, ainsi StarFox est trouvable sous le nom de Star Firefox ou Soul Calibur sous le nom de Soul Ability… Une fois le jeu mis en téléchargement, il faudra s’armer de patience car l’hébergeur n’est pas très rapide et le max que j’ai obtenu est 200k/s malgré ma fibre 1Gb. Il vous sera possible de mettre en queue les jeux ainsi que leur téléchargement en arrière plan.

Le bluetooth présent sur la machine servira à y brancher d’autres pads afin de profiter du multijoueur mais est aussi compatible avec d’autres périphérique, vous pourrez même appairer votre casque audio.

Pour accéder aux options avancées de la console, il faut appuyer quelques secondes sur le bouton HOME. Ici vous aurez la possibilité de paramétrer vos touches, les filtres d’optimisation pour les anciens jeux, la langue de la console, la connectivité Bluetooth et Wifi ainsi que la gestion des roms.

Faut-il acheter la console retrogaming Pandora Game S Mini ? Verdict !

C’est malheureusement une image assez terne qui s’échappe de la machine après quelques heures de tests. Le hardware est impeccable (même si on aurait préféré un poil plus puissant), l’écran magnifique malgré le tearing, la partie audio et connectivité maîtrisée ; c’est surtout du côté maniabilité et au niveau du software où la balance penche du mauvais côté…

Le panel 6 boutons en façade n’est vraiment adapté que pour certains types de jeux (notamment les jeux de bastons) et j’aurai préféré avoir des gâchettes ou des boutons derrière la console afin de simuler les L/R. Même constat pour la croix de direction qui n’est pratique que dans certains titres old school et inadapté dans d’autres.

L’interface Pandora même sommaire reste facilement utilisable, il manque encore beaucoup d’options, notamment au niveau du paramétrage des émulateurs (l’assignation des boutons, la gestion des filtres, la taille de l’écran afin d’éviter un upscale automatique etc…)

Ce qui me fâche le plus est la gestion des jeux. Certes, le débutant va pouvoir se façonner une ludothèque sans avoir à se tracasser de trouver telle ou telle rom pour jouer, mais pour le joueur confirmé, cela l’oblige à re-télécharger tous les jeux qu’il possède déjà alors qu’un simple copier/coller aurait suffit avec un scraping nécessaire pour récupérer les infos et animations.

Affiché à un tarif de 60€ sur AliExpress, elle se place au même niveau tarifaire que la RG350… mais je préfère cette dernière notamment sur la partie contrôles plus adapté à mes besoins même si elle s’avère moins puissante. Bref, je conseille la Pandora Game S mini a tout ceux qui ont envie d’une expérience simple sans se tracasser ; les autres, passez votre chemin.

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Hardware
  • Facile à prendre en main
  • Poids plume
  • Excellente émulation des jeux 2D
  • Connectivité Wifi et BT
  • Le store Pandora (pour les novices)
  • Soucis sonore sur les jeux 3D
  • Le panel 6 boutons
  • Impossible de paramétrer les émulateurs de manière unitaire
  • Manque d’options globales
  • Le store Pandora (pour les confirmés)
  • Le store sera

Merci @Uni_KennY pour son avis détaillé.

On termine avec une vidéo qui montre tout ça en action :

Pour vous procurer la console retrogaming de poche Pandora Game S Mini, vous pouvez le faire sur ce site.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

3 réflexions sur “[Dossier] Consoles Retrogaming de poche : Pandora Game S Mini

  • 15 mars 2020 à 22:42
    Permalien

    Il est très facile d’ajouter des jeux 3D manuellement dans le répertoire « Download » de la carte mémoire… extension CDI pour Dreamcast, N64 pour Nintendo 64, IMG pour la PS1 et ISO pour la PSP (Out Run tourne super)…Le seul soucis c’est le manque de place compte tenu du poids de ces jeux, donc prévoir une carte SD de 64 ou 128 go

    Répondre
    • 11 juillet 2020 à 10:11
      Permalien

      tu pourrais expliquer stp, moi j’y arrive pas du tout

      Répondre
  • Ping : [Dossier] Mes achats Gaming / Retrogaming - Episode 1

Laisser un commentaire