[Test] Snack World Mordus de Donjons Gold sur Switch7 min read

Sous ce titre à rallonge se cache un jeu de rôle coloré développé par h.a.n.d. Inc pour le compte de Level 5. Comme pour Inazuma Eleven ou Yokai Watch, une série animée a été développé en parallèle au jeu vidéo, elle est actuellement diffusée sur Gulli sous le titre Snack World on va croquer du méchant les samedis et dimanches à 16h. Que vaut le jeu vidéo Snack World Mordus de Donjons Gold sur Switch ? Voici mon avis dans ce test détaillé et illustré ^^

Gold-o-rack Go !

Snack World Mordu de donjon est sorti une première fois sur 3DS en 2017 mais il ne s’est pas exporté hors du Japon, cette version Switch est donc une adaptation rehaussée pour la nouvelle console Nintendo, d’où l’emploi de l’adjectif Gold. Gros projet, en plus de son aspect transmédia, le jeu original faisait appel à l’utilisation d’objets NFC afin d’obtenir des bonus en jeu mais ces derniers ont (heureusement) été abandonnés dans cette version et remplacés par une visite quotidienne à la diseuse de bonne aventure.

Que la quête commence !

Voici les mots qui rythmeront notre aventure. Nous incarnons un aventurier retrouvé évanoui devant le château du royaume Tutti-Frutti ! Le roi nous offre une chambre à l’auberge pour nous requinquer, nous allons commencer par créer notre personnage puis nous serons convoqué par le roi qui fera appel à nos services pour satisfaire les caprices de sa fille Mélonia.

Snack World est un univers très loufoque où la nourriture est une obsession de chaque instant (comme dans Dragon Ball Z ? ^^) et le prétexte à de petites blagues, pas toujours drôles, mais adaptées à tous les publics (il faut avoir gardé son âme d’enfant -_-).  Il n’est donc pas question de se prendre au sérieux, mais cela n’empêche pas de retrouver tous les éléments d’un jeu de rôle classique : nous démarrons donc au bas de l’échelle et c’est en acceptant des quêtes que nous allons acquérir de l’expérience et gravir les échelons. Les premières missions serviront de tutoriel et nous permettrons de nous familiariser avec tous les éléments du jeux et le gameplay.

Tutti- frutti est la ville qui sert de point de rencontre et de départ vers l’aventure : le château pour l’histoire principale, le café pour le jeu en ligne, les commerces utiles et cosmétiques, un bonus journalier, chaque quête acceptée s’ajoute à un menu où nous irons la chercher pour la lancer, c’est donc de courtes sessions qui s’enchaînent et on a le choix de jouer un peu ou de squatter pendant des heures.

Les quêtes : c’est auprès des PNJ que nous irons les chercher, il y a des quêtes principales qui suivent l’histoire et des quêtes annexes, facultatives. Les objectifs sont variés : récolter des objets, éliminer des ennemis… les terrains de jeux, eux, le sont un peu moins et on se retrouve souvent au même endroit pour diverses missions, ce qui fait ressortir le coté répétitif du jeu (mais c’est un RPG il faut bien s’y attendre). Les missions les plus intéressantes seront celles se déroulant en donjon car ces derniers sont générés aléatoirement et il y a un boss à la fin 🙂 (un idée pour un futur Zelda ?).

Les déplacements se font en binôme avec un des personnages de la série animée pour les quêtes de  l’histoire, un mode en ligne est disponible (j’ai fait une tentative qui s’est avérée fructueuse). Tout se joue de façon hack & slash avec la possibilité de mettre la camera au dessus pour avoir une bonne vue d’ensemble. Trésors et récompenses jalonnent le chemin de notre aventure, de l’argent, des objets de confection pour crafter des vêtements, améliorer les armes… Des objets pour renforcer l’amitié avec les monstres capturés. Au fils de nos péripéties nous allons avoir l’opportunité de capturer des monstres de différents types et natures en les photographiant sur l’outil le plus important de notre aventure : le Pix-e Pod un téléphone portable, qui nous servira de menu pour sauvegarder et modifier les réglages, diverses applications s’ajouteront à cet appareil le rendant indispensable pour l’aventure.

Les jaras sont nos objets de combat : un système de porte-clés nous permettant d’arborer en permanence six armes interchangeables en mission et deux emplacements sont réservés pour des objets de soins. Cet inventaire s’agrandira au fil de l’aventure. Il faudra donc adapter nos jaras aux ennemis pour attaquer au corps à corps ou à distance, ou bien utiliser la magie. Chaque arme dispose d’une attaque simple et de deux attaques chargées. Les objets de soins permettront de récupérer de la vie pendant la quête et si un coéquipier tombe au combat, il est possible de le réanimer pendant un court instant.

Dans les donjons certaines dalles font oublier tout le chemin tracé sur la carte, d’autres nous pénalisent en nous faisant glisser sur le terrain, certains ennemis nous empoisonnent, nous paralysent, nous rendent confus… c’est parfois un peu pimenté ! Certaines missions permettent de capturer des Snacks, par selfie (les petits monstres locaux). Une fois capturés, nous avons la possibilité de les utiliser en mission, les Snacks alliés nous accompagnent sur le terrain, on pourra en avoir jusqu’à trois, ils se battent à nos cotés automatiquement. Ils peuvent attaquer, défendre ou soutenir nos efforts et les Snacks de poches (de deux à six) viennent sur le terrain à notre place quand ils sont prêts et nous remplacent pendant un court instant. Il faut donc bien choisir qui nous accompagne et utiliser des Snacks de poche forts pour faire basculer certains affrontements.

Level 5 applique tout son savoir-faire pour cette licence et livre un jeu de bonne facture, les plus jeunes suivant la série seront satisfaits, les autres se lasseront peut-être plus vite, mais l’ambiance et la dérision du titre méritent le détour. Je ne vais pas faire la liste de tous les clins d’œil, ça ratisse  trop large, c’est un concentré de beaucoup de formules éprouvées, un Poké Zeldadventure Time Hunter, mais sans trop gratter, on trouve un jeu, un peu répétitif mais avec une difficulté pas mal dosée et une bonne profondeur de jeu. Les graphismes quant à eux, sont un peu dans l’esprit « jeu mobile »,  c’est pas le  plus flamboyant, mais c’est propre, tout tourne bien, le jeu ne montre pas de faiblesse technique, c’est très fluide. Il y a de quoi faire à Tutti-Frutti, stratégie, collection, crafting, le jeu coche pas mal de cases et l’ambiance est sympa, ça donne l’eau à la bouche et rassasiera les gourmands du genre.

Ma note globale pour Snack World Mordu de Donjon Gold : 14/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Possibilité de faire de courtes sessions
  • Univers loufoque bien construit…
  • Des mécaniques de jeu bien exploitées
  • Un contenu conséquent
  • Un peu répétitif
  • … mais qui peut être lassant
  • Des combats un peu fouillis par moments

On termine avec une vidéo de Snack World Mordu de Donjon Gold :

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel de Nintendo.

Snack World Mordu de Donjon Gold est disponible sur l’eshop de Nintendo mais aussi en version boite ici par exemple.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire