[Test] Days Gone – L’exclusivité PS4 qu’on attendait ?

Depuis son annonce à l’été 2016, j’ai un peu lu et entendu tout et son contraire à propos de la qualité de Days Gone. Comme vous avez pu le voir ici (voir la vidéo) j’ai reçu le presskit de Days Gone et cela fait maintenant 2 semaines entières que je suis dessus. Autant dire que j’ai eu le temps d’y jouer un max et je peux enfin vous livrer mon avis détaillé sur ce jeu qu’on attend depuis son annonce à l’E3 2016 !

C’est quoi Days Gone ?

Days Gone est un jeu de survie qui se déroule dans l’Oregon et où on incarne Deacon St John, un motard et loubard (mais pas trop). Deux ans auparavant de l’aventure il a dû laisser sa douce et tendre dans un hélicoptère car elle était grièvement blessée. Il n’y avait pas assez de place pour lui et son pote. Les voilà donc en monde survie dans un monde rempli de mutants/zombies. Days Gone s’annonce donc comme un jeu de Zombies et de Motards mais c’est bien plus que ça en fait. Le fil de l’aventure va révéler des tas d’éléments d’un scénario que j’ai trouvé plutôt bien mené avec des vrais rebondissements, vous allez kiffer 😉

Notre héros, même s’il semble avoir perdu espoir de retrouver la belle Sarah, aimerait en savoir plus ce qu’elle est devenue mais la priorité c’est la survie avec son pote à qui il va arriver des bricoles. Nous voilà donc au cœur de l’Oregon dans un monde très immersif et varié qui est sublimé par une météo évolutive et très réaliste. A ceci s’ajouter le cycle jour/nuit à l’enchainement naturel. Je suis toujours plus rassuré le jour même si le danger est quand même présent. J’ai d’ailleurs l’impression que les nuits sont plus longues que les jours 😉 Tout comme la météo, parfois on se dit qu’il s’acharne car la pluie tombe en trombe de quoi renforcé cette impression de fin du monde. Notez que les reflets dans les flaques d’eau est top même si les traces de notre moto dans la boue sont moins bluffantes que celles du 4×4 de Nathan ou des pas de Kratos dans la neige.

Que peut-on faire ?

Dans ce monde ouvert on va pouvoir faire ce qu’on veut. Il faudra bien faire certaines missions pour progresser dans une histoire ou une autre. On prend conscience de ce côté pluri missions dès qu’on arrive au premier camp. En pressant la touche triangle on à le listing de tout ce qui est disponible. Une fois votre choix fait, l’itinéraire s’affiche sur la carte (et sur le radar en bas à droite de l’écran). C’est globalement convenu comme principe mais bien réalisé. D’ailleurs c’est ce qu’on pourra dire de Days Gone : il en révolutionne pas le genre mais apporte ce qu’il y a de mieux dans chaque phase de jeux.

Les missions justement sont très variées. On pourra partir chasser des animaux, ramasser certaines plantes ou fouiller les voitures pour récupérer des objets utiles (et sauver des mecs bloqué dans leurs voitures et attaqués par des mutants). La ferraille va devenir une préoccupation quand vous aurez compris qu’elle peut réparer la moto mais aussi les armes de mêlée (hache, machette, batte etc.) car ces dernières s’usent avant de se briser complètement (comme dans Zelda Breath of the wild). Sinon le reste des phases de gameplay de Days Gone alternera de l’infiltration en jetant un cailloux pour détourner l’attention/se cacher dans les herbes ou autres (l’IA est pas parfaite mais pas débile non plus et même retord parfois), d’assaut pur et simple d’un camp (en mode furtif ou pas, à vous de voir) mais aussi de la recherche d’indices et du fight plus classique mais vous battre contre un ours ou une horde … vous n’êtes pas prêt tellement c’est ouf 😉 Affronter une horde (il y en a plusieurs dizaines) est aussi flippant que dur à appréhender. Il faudra être très stratégique pour en venir à bout car il faudra courir (enfin fuir) tout en se retournant pour tirer dessus. On visera tout ce qui peut exploser pour éliminer quelques individus supplémentaires et on fera tout pour éliminer jusqu’au dernier en grimpant ici ou là jusqu’en haut de tours pour espérer garder la supériorité. Bref affronter une horde c’est ouf mais c’est dur. Du coup, quelle satisfaction quand on a terrassé sa 1ère (avec un trophée à la clé). J’oubliai, il y a même des courses de moto où il faudra aussi user de votre flingue. Bref c’est varié je vous dis.

Du craft

Faire toutes ces missions permet de progresser dans un thème ou une histoire qui verra son pourcentage augmenter et même vous récompensé s’il est à 100%. On ne sait jamais trop si c’est de l’arc narratif principal ou secondaires même si parfois c’est écrit tout de même. Quand on regarde tout ce qu’il y a à faire on à parfois l’impression de plus savoir où donner de la tête et ça peut être frustrant mais ça confère à Days Gone une sacrée du de vie.

Comptez facile plus de 30 heures pour le terminer et même plus si vous voulez tout faire/trouver ou même acheter comme les customs de votre moto. Certains éléments sont dispensables comme les autocollants et peintures mais d’autres très utiles comme le silencieux du pot d’échappement (ça évite de trop rameuter les menaces du coin). Niveau maniabilité, la moto est très facile à prendre en main et la conduire est hyper facile. C’est clairement pas de la simulation de moto mais ça nous arrange quand il faut faire des demi tours face à une horde qui vous fonce dessus 😉

Ma moto chérie

Notre moto, c’est comme un coéquipier qu’on doit tout le temps s’occuper (on en a qu’une de moto d’ailleurs). Elle consomme de l’essence, elle s’abime et il faudra être de toutes les attentions pour la ravitailler et la réparer (en payant un mécano ou en utilisant de la ferraille). Sur la map on guette les jerricanes pour faire le plein gratos ou en payant dans les camps où on est accueilli. D’ailleurs chaque camps à sa monnaie et si on a 1000 balles chez l’un, on ne peut les dépenser chez l’autre. Il faudra donc exécuter des missions pour gagner de l’argent et acheter du stuff que chaque camp propose (des stocks différents).

Heureusement dans chaque camp on pourra faire le plein de munitions, d’armes et autres équipements très utiles pour affronter le danger à l’extérieur. Le danger justement il est partout et surtout de plusieurs natures :

  • Freakers en liberté (Zombies ou plutôt mutants disons de plusieurs styles) / en nid / en horde (impressionnant !)
  • Pièges et guet-apens
  • Animaux (Deacon Versus Wild)
  • Camps de maraudeurs
  • Rippers (des survivants mais qui adulent les Freakers)

On a d’ailleurs vraiment l’impression d’être à la merci de tout ce beau monde et il ne faudra pas moins que des coktails molotov (à fabriquer) et autres armes custom (batte de baseball avec des clous) pour se frayer un chemin dans cette exploration. Le monde ouvert proposé dans Days Gone est vaste et comporte en gros 6 zones mais toutes unifiées dans une grande map aux décors variés. On passera de l’hyper boisé, au village paumé tout en passant au milieu d’une zone désertique sans oublier un peu de montagne et de la prairie en bord de lac. Niveau graphismes on en prend plein les yeux même si on devient exigent depuis red Dead Redemption II 😉

Du coup, on pourra toujours critiquer que certaines textures sont plus grossières (où ça ? mais siiii, cette texture au fond d’une maison derrière la grange … bref ! C’est top même si on peut toujours pinailler). C’est globalement beau et on prend plaisir à se balader dans l’Oregon … même si on flippe tout le temps (et qu’on fait tout pour avoir 3 kits de survie et 5 bandages au cas où on soit touché). On peut d’ailleurs fabriquer ces éléments avec ce qu’on trouve ici et là, c’est le volet crafting de Days Gone. Via quelques achats ou trouvailles on pourra même appliquer un silencieux à nos armes. Comme ce qui est trouvé est gratuit, on se surprend à fouiller partout 😉 Pour faire apparaitre les éléments d’intérêt on appuie sur la touche R3. Ça ne dure pas longtemps au début mais comme pour beaucoup de compétences on va pouvoir l’améliorer.

Deacon St Jones n’a pas fini d’apprendre des trucs (des capacités, du craft etc.). Ça ira de la capacité à enchainer des coups ou de réagir (via des instants QTE dignes de Shenmue ou God Of War) jusqu’à l’aptitude à localiser les plantes intéressantes (via le radar). Toutes les capacités sont accessibles via le menu principal qui s’ouvre via un slide sur le touchpad de la DS4. Suivi le sens de votre slide ca ouvrira la carte ou d’autres menus ce qui se révèle être une excellente idée.

Days Gone étant d’un studio plus modeste, on a tendance à dire que c’est très bien pour un studio qui avait l’habitude de faire des jeux PS Vita (dont Uncharted) et c’est vrai. Mais je dirai que c’est très bien tout court sans faire état de qui fait le jeu. On peut toujours critiquer certains trucs comme le temps qui avance tout seul pour coller à une cinématique à venir mais ce n’est pas la mort 😉 Il y a de sacrés bonnes idées comme le menu circulaire qui s’utilise dans l’action (avec un petit ralenti) ce qui préserve l’enchainement de l’évènement. Ça permet de conserver l’immersion dans son monde flippant. De la même manière on pourra râler les rares fois on le script vous rappelle à l’ordre comme cette mission ou si on arrive à pieds vous demande de revenir à moto.

Au milieu de cet ambiance flippante (surtout la nuit), j’ai adoré ce moment du scénario ou on se balade en moto avec une chanson qui j’adore. C’était décontractant et reposant au milieu de ce chaos (bon par contre j’avais l’essence illimité à ce moment-là mais OSEF, on kiffe l’instant).

Pour résumer, j’ai adoré Days Gone et il doit figurer dans votre ludothèque PS4. Je pense que même ceux qui ne sont pas trop jeux de zombies aimeront le titre même s’il faut s’attendre à en affronter quelques-uns 😉 La variété de l’action, l’ambiance et les histoires entremêlées des arcs narratifs m’a plu sans que ce soit le scénario le plus ouf de tous les temps (c’est un peu le bordel des fois mais ça passe). Par contre prenez bien en compte de Days Gone n’est pas un jeu très facile et je salue l’aide à la visée (pas auto mais elle aide bien) ou la possibilité de passer des phases d’infiltration qui peuvent être compliquées (qui a dit que l’IA était pas top ?). Days Gone vous occupera pour un paquet de temps et saura vous procurer cette d’envie d’y retourner pour connaitre la suite. Il n’est pas parfait mais on kiffe incarner Deacon dans ces aventures bien flippantes (faut pas être allergique aux zombies et aux sang). Je termine avec une mention spéciale aux musiques et même aux chansons qui sont top (je vous en parlais ici) !

Ma note globale de Days Gone (testé sur PS4 Pro) : 16/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Graphismes
  • Scénario
  • Charisme du perso (et attachant)
  • L’angoisse de survie
  • L’évolution des compétences
  • La gestion de la moto (entretien, essence, custom etc.)
  • La roue de sélection dans l’action
  • La variété de l’action (infiltration, courses en moto, baston pure et dure etc.)
  • Voix VF
  • Durée de vie plus importante que prévue !
  • Niveau de difficulté relevé
  • Les raccords entre gameplay et scènes scriptées
  • Synchro des lèvres en VF
  • Des traits semblables à d’autres jeux (uncharted, World War Z, God Of War etc.)
  • IA pas toujours parfaite
  • L’histoire sous divisée en plein d’arcs (dur de suivre mais ça va)
  • Radio Oregon 😉 (il me saoule le mec mais on peut le passer)

 

On termine avec une vidéo de Days Gone :

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel de Bend Studio (c’est eux qui ont fait le jeu).

Days Gone est dispo en exclusivité sur PS4 dès le 26 avril 2019. On peut le trouver pas trop cher ici par exemple (dont l’édition avec Steelbook). Notez qu’il y a plusieurs éditions dont une avec figurine bien cool (et la moto).

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire