[Test] Ghost of Tsushima sur PS4 – A la hauteur des attentes ?6 min read

Ghost of Tsushima est le nouveau jeu du studio Sucker Punch (célébré ici), développeur de Sly Raccoon et des InFamous. Annoncé en 2017 puis dévoilé à l’E3 2018, Ghost of Tsushima a beaucoup fait parler de lui avec des trailers faisant frémir les joueurs. Pour certains, ce titre allait devenir un Assassin’s Creed au Japon et deux camps de joueurs se sont formés, ceux très enthousiastes et ceux plutôt retissant et n’attendant pas beaucoup de ce titre. Ghost of Tsushima est-il un simple Assassin’s Creed au Japon ou peut-il surpasser la licence d’Ubisoft ? Voici une question qui est énormément ressortie. Même s’il y a des similitudes, c’est aucun des deux. Ils partagent des mécaniques mais chacun a sa propre identité. Nous allons voir ça en détail.

C’est parti pour le test Ghost of Tsushima !

Pour commencer, oui, Ghost of Tsushima ressemble à Assassin’s Creed par certains aspects tels que les déplacements, l’escalade et les assassinats. Cependant, pas mal de concepts sont nouveaux et apportent une véritable identité à cette exclusivité PS4.

En effet, la mise en scène est très cinématographique avec une possibilité de mettre un mode en noir et blanc avec filtre en hommage au réalisateur Kurosawa. Il y a d’autres options d’audio comme l’audio en japonais et les sous-titres français permettant une immersion totale dans le Japon féodal.

Une autre mécanique de gameplay qui surprend est l’absence de mini-carte pour réduire l’HUD et favoriser l’immersion. Pour compenser cela, notre meilleur ami sera le vent qui va nous indiquer le chemin vers les missions. Ce système est très simple mais novateur et permet une bonne proximité avec l’environnement.

Les combats dans Ghost of Tsushima

La plus grosse partie de ce jeu est bien sûr le système de combat au katana et l’infiltration sur fond d’honneur des samouraïs. Pour commencer, les combats sont très bons, très stratégiques et à la moindre erreur nous sommes punis par une salve de coups dévastateurs : il faut donc être concentré à 100%. La multitude de compétences et de postures de combat est assez déstabilisante et ardue à prendre en main au début. Dès que tout est maitrisé, les combats deviennent vraiment jouissifs et on sent une réelle satisfaction à gagner. De plus, les combats de boss vont mettre notre technique et notre talent à rude épreuve car le jeu est compliqué (pas trop non plus) mais cela renforce le plaisir de vaincre ses adversaires à grands coups de katana. Pour se soigner, il faut avoir suffisamment de détermination que l’on obtient en touchant et tuant des ennemis, ce qui implique des combats agressifs et une tension du début à la fin.

Le point noir des combats est peut-être la caméra qui n’est pas bloquée sur le combat, ce qui engendre quelquefois des angles de caméra pas top qui m’ont tué plus d’une fois (on cherche des excuses là où on peut ^^).

Pour l’infiltration, pas grand-chose à dire car le système est très similaire aux Assassin’s Creed.

La progression dans Ghost of Tsushima

Ghost of Tsushima possède une petite partie RPG avec un arbre de compétence permettant à Jin d’apprendre de nouveaux mouvements et débloquer des capacités offensives ou furtives.

Techniquement parlant, la direction artistique est magnifique avec des paysages et des panoramas à couper le souffle, l’ambiance est époustouflante et les musiques rentrent parfaitement dans le thème et apportent vraiment à l’expérience. Cependant, il y a eu une baisse de qualité par rapport à la présentation de l’E3 2018 non ?! Par contre , un gros bravo au doublage japonais impeccable permettant d’être encore plus immergé dans l’univers. L’exploration est très plaisante car nous ne sommes pas assaillis par des centaines d’éléments perturbant l’immersion et l’évasion.

Ghost of Tsushima possède une quête principale d’une vingtaine d’heures avec de nombreuses activités secondaires prolongeant assez bien l’expérience. Le problème reste le caractère répétitif de ces quêtes secondaires qui demandent assez souvent d’attaquer des camps dans un contexte un peu différent suivant la mission. J’ai ma petite préférence pour les récits mythiques qui sont des histoires annexes permettant à Jin d’obtenir des armes et des armures légendaires.

La narration dans Ghost of Tsushima

Malgré l’open world global, le jeu est quand même assez scripté dans certaines missions et ne permet pas toujours une approche différente de celle voulue pour la mission. C’est dommage et me rappelle un peu les travers de Days Gone (voir le test ici).

L’histoire du jeu et les personnages sont pas mal du tout mais j’ai eu du mal à vraiment être captivé. Je pense que le passage après The Last of Us 2 est très compliqué ^^ (le test est dispo ici), les personnages sont assez rigides et font ressortir le fait que nous sommes dans un jeu vidéo avec des expressions faciales relativement figées comparativement aux personnages de The Last of Us 2 qui nous donnaient l’impression d’avoir de réelles personnes devant nous.

Certes, Jin Sakai est un personnage attachant dont on voit la métamorphose (accompagné de son cheval très important d’ailleurs). En effet, tout au long de l’histoire il va, malgré lui, mettre le credo et son honneur de samouraï de côté pour repousser les envahisseurs mongols.

Que faut-il retenir de Ghost of Tsushima ?

Globalement le jeu est un très bon même s’il n‘est pas révolutionnaire mis à part son système de combat atypique et particulièrement plaisant. Le gros point positif reste son environnement et son ambiance qui nous plongent complètement dans le Japon des samouraïs. Même si personnellement l’histoire ne m’a pas complètement envoûtée, j’ai passé de bons moments à trancher des Mongols avec mon katana et explorer à cheval les somptueuses terres de l’île de Tsushima.

 Ma note globale pour Ghost of Tsushima : 15/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Des environnements sublimes
  • Le vent à la place de la mini-carte
  • La transformation du héros
  • L’ambiance et le contexte historique
  • Le système de combat (surtout les duels)
  • La difficulté
  • Le mode photo au top
  • La caméra pendant les combats
  • L’histoire, malheureusement compliquée à apprécier pleinement
  • Les expressions faciales des personnages trop rigides

On termine avec une vidéo de Ghost of Tsushima :

Ghost of Tsushima est disponible en exclusivité sur PlayStation 4 depuis le 17 juillet 2020 avec notamment une édition collector qui est trop belle (mais pas dans mon budget).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel ici.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire