[Test] The Falconeer sur Xbox Series X : Fais comme l’oiseau !5 min read

Enfin un test pour Xbox Series X sur le blog, c’est tellement rare qu’il faut le signaler et vous allez en voir de plus en plus certainement ! Et oui, la Playstation 5 et la Switch n’auront pas le monopole xD Mais trêve de plaisanteries et retour à nos moutons… Euh nos faucons ! 

Voici le test de The Falconeer sur Xbox Series X !

Tout comme Another World est l’oeuvre d’Eric Chahi, The Falconeer est la réalisation d’une seule personne : Tomas Sala. Epaulé par l’éditeur WiredP Production, le jeu est la toute première exclusivité Xbox Series X et se veut comme une vitrine technologique (?) afin de démontrer ce que la (les) nouvelle console(s) de Microsoft sait (savent) faire.

Faut qu’on parle

The Falconeer est un shoot’em up avec une pointe de RPG se déroulant dans un open world répondant au nom de Grande Ursée : un monde hostile entièrement recouvert d’océans et composé de centaines d’îles reliées entre elles par divers moyens de locomotion, qu’ils soient maritimes ou aériens. Plusieurs factions se partagent le pouvoir à travers les océans et votre but sera de servir au fur et à mesure de l’intrigue ces factions. Ainsi, vous allez découvrir tous les secrets que cache Grande Ursée qu’ils soient politiques ou antiques.

Après le choix de votre classe, vous partez à l’aventure à dos de faucon géant prêt à défier les vents et autres hostilités de la nature pour accomplir les différentes missions que les personnages du jeu vont vous demander d’effectuer. Cela ira de la simple reconnaissance de lieux jusqu’a l’escorte de bateau en passant par les missions de transports de marchandises… Quoi qu’il en soit, vous ne serez pas seul et les hostilités viendront aussi bien de la mer que des airs. Les pirates et autres factions seront là pour vous accueillir et vous empêcher de parvenir à vos fins.

Malgré un gameplay plutôt intuitif, les combats aériens vous demanderont un petit temps d’adaptation notamment dû à l’absence de radar qui est remplacé par un bouton qui vous permettra de suivre votre adversaire et l’absence d’aide à la visée. Heureusement que votre arme peut être upgradée grâce aux récompenses des missions car vos adversaires seront coriaces. En effet, la difficulté est assez mal dosée et malgré les multiples esquives en faisant vriller votre oiseau, vos adversaires n’auront pas de mal à loger quelques coups de « lances lasers » dans vos plumes, même en mode normal. Il faudra donc persévérer afin de gagner des bonus pour améliorer les capacités de votre oiseau ou passer en mode facile afin de donner libre court à l’exploration et l’ambiance que dégage le titre.

Y a les faucons et les vrais…

Et quelle ambiance ! L’aura qui se dégage du jeu va attirer le joueur à se lancer dans l’exploration de la Grande Ursée. La sensation que procure le vol majestueux de nos rapaces m’a fait lâcher la manette simplement pour me laissez imprégner de l’ambiance, bercé par la solitude, mais terriblement intense, comme un skipper seul sur son bateau en pleine mer bercé par les vents et autres aléas climatiques. Même que votre monture n’en fera qu’a sa tête et virevoltera à droite, à gauche et donnera libre court à sa pseudo liberté.

La bande son composée par Benedic Nichols se marie d’une manière magistrale avec ce voyage qui vous enverra aux quatre coins des océans. Un monde froid où vous ne croiserez pas grand monde et où le bruits des vagues et du vent seront souvent vos seuls compagnies durant les trajets qui peuvent être assez long, car vos oiseaux ne se déplacent pas de manière rapide, à moins de zapper les phases de vol notamment pour le retour via l’option « kivabien ». Personnellement, je divague durant ces phases et me laisse porter par le vent.

Conclusion

Malgré une difficulté frustrante et des missions qui vont s’avérer répétitive, le titre dégage une ambiance solitaire : seul au milieu d’un océan glacial à la conquête des airs. Vu comme la vitrine technologique de la nouvelle console de Microsoft, il n’en est rien : Simplement que le titre tourne en 4K 60fps sur la Series X et en 1440p 120fps sur la Series S. Les graphismes s’avèrent minimalistes mais font partie intégrante au charme du jeu. Un titre que je recommanderai plus aux fans de combat d’aviation qu’aux amateurs de shmup. Pour les autres qui veulent tenter l’expérience, attendez son passage sur le Game Pass ou une petite promo.

Ma note globale pour The Falconeer (testé sur Xbox Series X): 13/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Première exclu Series S/X !
  • Ambiance ++
  • Bande son
  • Charmant
  • Animations
  • Graphismes pas si next gen que ça
  • Difficulté mal dosée
  • Missions répétitives

On termine avec une vidéo de The Falconeer :

The Falconneer est disponible sur Xbox One, Xbox Series et PC. On peut le trouver pas cher ici et ici par exemple.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel de The Falconeer ici.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire