[Test] Speedway Racing sur Switch – les fous du volant !

«Oh bordel…», ce fut les premiers mots que j’ai sorti en prenant les commandes de Speedway Racing, un nouveau jeu de course arcade sur Switch orienté NASCAR, un genre de jeu terriblement absent sur nos consoles. Pourtant vous en connaissez tous forcément un, et notamment un titre qui, pour moi, reste LA référence arcade des années 90. Allez quelques indices : Un des premiers jeux de courses 3D, sorti chez SEGA en 1994, jouable jusqu’à 8 sur les bornes d’arcade, adapté sur Sega Saturn… J’ai nommé Daytona USA ! Alors est-ce que ce Speedway Racing est le digne successeur du roi Daytona ?

Elle est où ma caisse ?

D’emblée, le jeu vous propose plusieurs modes : Un mode Arcade où vous pourrez tester les nombreux circuits que se comptent au nombre incroyable de 6, un mode Championnat divisé en 2 parties : East Coast et West Coast (composés de 3 circuits chacun), un mode Time Trial et le multijoueur dans lequel vous pourrez affronter 3 de vos amis. Côté voiture… on commence avec 2 caisses et il sera possible de débloquer huit autres aux caractéristiques différentes basées sur la vitesse, l’accélération et l’adhérence. Inutile de chercher un design particulier pour votre voiture, c’est le même châssis avec un swap de texture. Un peu comme les vraies NASCARs…

On finit par la sélection du type de transmission auto ou manuelle…

On the road again

…Et c’est parti ! Votre voiture est placée sur le circuit prêt à vrombir ! Un tour rapide des contrôles : Les gâchettes servent à accélérer ou freiner, un bouton pour changer la caméra, et un autre pour la vue arrière. On se lance dans la bataille avec les 20 participants ! Le but est de finir premier au bout d’un nombre de tours définis suivant le mode de jeu et de boucler son tour avant que le chrono ne tombe à zéro. «Chose facile» me direz-vous, mais au bout de quelques tours de pistes, les premiers jurons ou éclats de rire volent…

Attaquons cette descente aux enfers par les graphismes. Cela reste honnête, textures bonnes avec plein de clins d’oeils sympas grâce aux détournement de grandes marques de l’automobile (Mibol pour Mobil, Mechilin pour Michelin etc…), côté animation, l’impression de vitesse globale est bien rendue, dommage que le framerate ne décollent pas des 20 fps en mode portable (testé sur Switch Lite) et les caisses ne donnent pas l’impression de rouler, mais de glisser sur l’asphalte. Les musiques orientées rock sont minimalistes au possible, étouffés par les bruitages des moteurs ou de la foule. Le pire étant ceux des collisions qui saturent le haut parleur de la Switch.

Go home and never come back !

Mais ce n’est que quelques petits détails par rapport aux 3 points qui font l’ensemble d’un jeu de bagnole, j’ai nommé l’IA, la maniabilité et la physique du jeu… Pour la première, c’est bien simple, vos concurrents n’auront que le mot victoire en tête et seront prêts à tout pour y arriver. Résultat, ils font n’importe quoi quitte à se rentrer dedans pour se faire dégager de la piste, je pensais être dans une course de Nascar et non dans Destruction Derby 😉 Ceci dit, la situation arrange bien nos affaires à condition de correctement maîtriser son véhicule et surtout de ne pas taper d’adversaire ou de rembardes de sécurité, sinon c’est le tête à queue assuré… La moindre pichenette est fatale pour le chrono.

S’il y a un carambolage, alors là… C’est orgie de voitures ! Suivant l’angle dans lequel va taper la voiture, elle va s’envoler dans les airs à plus de 10m du sol… Bien sûr, vu qu’on est dans de l’arcade, aucune incidence sur le moteur ou la carrosserie, elle sera toujours comme neuve…

En résumé

Je pensais trouver le St Graal devant les quelques vidéos et screenshots qui tournaient sur le net mais je me retrouve devant un jeu « codé avec les pieds » tentant de surfer sur la notoriété de Daytona USA. Franchement, le jeu pourrait être fun car on lui pardonne ses graphismes et son animation vieillotte, sa bande son… L’ambiance et le ressenti sont présents , mais l’IA aux fraises, la physique exécrable du jeu et surtout le nombre ridicule de circuits m’empêchent de vous conseiller le jeu malgré un prix plus qu’abordable de 9,90€ sur l’eshop de Nintendo.

Ma note globale pour Speedway Racing sur Nintendo Switch : 9,90/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • L’ambiance
  • La sensation de vitesse
  • Le petit prix (moins de 10€)

 

  • La maniabilité
  • L’IA
  • La physique du jeu
  • Le bruitage des carambolages
  • La peu de contenu

On termine avec une vidéo de Speedway Racing sur Switch :

Speedway Racing est disponible en démat’ sur l’eshop de Nintendo ici.

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel de Speedway Racing.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire