[Test] Need for Speed Heat – Vitesse et précipitation

Lancé en 1994, Need for Speed (NFS pour les intimes) en est maintenant à son 25ème opus, avec un rythme de nouvelle sortie tous les 1-2 ans. Après un succès plutôt mitigé du précédent Need for Speed Payback, l’éditeur a-t-il appris de ses erreurs et s’est-il enfin renouvelé ? Attache ta ceinture, nous allons voir ça!

Attrape-moi si tu peux

Après une cinématique d’introduction au scénario encore plus mince que dans une série TV allemande des années 80, nous voilà rapidement au volant d’un bolide pour une évasion!

Habituellement, c’est le moment où on vous vend du rêve, au volant d’une supersport afin de nous motiver à gagner beaucoup d’argent pour nous payer la même le plus rapidement possible (modèle qui en réalité n’est bien trop souvent dispo qu’en fin du mode histoire) en nous donnant un maximum de plaisir durant ce court instant de pilotage pied au plancher…oui mais là ça commence mal : ce n’est pas du tout ça, le plaisir n’est pas là, la conduite est aseptisée, trop d’inertie et la sensation de vitesse n’est pas très présente.

Après avoir échappé à la police sans difficulté, vous allez commencer par personnaliser votre partie avec tout d’abord une petite nouveauté, le choix d’un avatar, que vous pouvez customiser par la suite en changeant sa coiffure ou ses habits (avec des placements de produits comme des baskets Puma ou Adidas entre autres) ou changer complètement d’avatar si vous le souhaitez.

Ensuite, vous allez choisir votre première voiture parmi une sélection de départ très classique soit: une « muscle car » Américaine, une Allemande de forte cylindrée ou une Japonaise sportive. Votre choix est fait : vous voilà maintenant à Palm City, vous repartez de zéro et le chef de la police locale a mis les choses au clair, qui se résume en: les gentils vont attraper les méchants qui roulent vite! Ça tombe bien, je ne suis pas venu pour rester en première.

Jour…nuit ! Jour…nuit !!

Nouveauté de Need for Speed Heat, chaque fois que vous quittez le garage, vous pourrez choisir si vous voulez sortir de jour ou de nuit.

Le mode jour, ce sont les courses légales, principalement pour gagner de l’argent, et le mode nuit c’est ce qui va vous permettre de gagner de la réputation.

Certaines courses du mode histoire ne seront accessibles qu’en mode jour ou en mode nuit, et ne seront déblocables qu’avec un certain niveau de réputation en plus du niveau requis de votre voiture : Il va falloir farmer!!

En ce qui concerne les différents modes de course qui vous seront proposés, rien de nouveau de ce côté, toujours les modes course, drift et tout terrain. Les petits challenges sur la route restent les mêmes également, casser des panneaux publicitaires et faire des excès de vitesse entre les radars.

Heat, l’indice de recherche

Lorsque la police commence à vous pourchasser, votre indice de recherche, le Heat level (symbolisé sur l’écran par une flamme), passera à 1. A ce niveau il est aisé de s’évader en ligne droite, mais plus la poursuite tardera et en particulier si vous rentrez dans les voitures de police, le Heat level va augmenter (jusqu’au niveau 5 au maximum), ainsi que le nombre et la compétence des véhicules de police qui vont vraiment vous harceler, et cela va être de plus en plus compliqué de les semer.

La police sur la route, représentée sur votre GPS par des triangles rouges, n’est pas très susceptible, à moins de les chercher vraiment en leur rentrant dedans en mode jour, les coups de klaxon ou les burns en centre-ville les laissent complètement de marbre.

De nuit ce n’est plus du tout la même chose, vous serez régulièrement pourchassé en pleine course, cependant l’intérêt est qu’en gagnant la course selon votre Heat level en cours, il servira de coefficient multiplicateur du niveau de réputation gagné.

Lorsque votre voiture est immobilisée pendant une poursuite à côté d’une voiture de police, ne tardez pas à quitter les lieux, l’arrestation peut arriver très rapidement. Il faudra vraiment faire le maximum pour s’évader, sinon en cas d’arrestation l’amende vous fera perdre plusieurs dizaines de milliers de dollars durement gagnés selon votre Heat Level en cours.

Votre voiture peut être cassée, elle s’abime à chaque contact violent avec des éléments du décor non cassables tels que des murs, ou avec d’autres véhicules. A l’inverse, les arbres, palmiers, panneaux et poteaux électrique ne vous empêcheront pas de tracer votre route. Le niveau de dégâts est affiché sur la gauche, traverser une station-service vous permettra de réparer votre voiture, ce qui est très utile pendant une poursuite car si les policiers endommagent totalement votre voiture vous serez alors automatiquement arrêté. Sur la route le trafic est vraiment limité, il y a généralement peu de véhicules en mode jour, et encore moins en mode nuit, les risques d’accrochage avec un camion ou une voiture est vraiment limité.

Les graphismes sont de bonne qualité et de jolis effets en mode nuit avec les lumières de la ville, et lorsqu’il pleut avec l’effet gouttes d’eau sur l’écran et la chaussée mouillée (qui n’est en revanche pas plus glissante). Les véhicules sont également bien modélisés par rapport aux vrais modèles. Pour l’aspect « tuning » c’est assez subjectif et dépend des goûts en termes de modifications d’aspect du véhicule.

Niveau maniabilité, c’est arcade … très arcade … trop arcade !! Il n’y a pas vraiment de plaisir à piloter ces bolides de plus en plus puissants et rapides, le seul intérêt c’est de pouvoir accéder à de nouvelles courses et avoir une voiture plus puissante que les autres pour pouvoir gagner. Tout cela manque singulièrement de sensation de vitesse, d’effet de puissance.

Les drifts partent un peu n’importe comment ou ne se déclenchent pas bien, ce qui peut vous faire rater un virage voire une course. Certaines fois c’est plus pratique de mettre un coup de frein à main pour partir en dérapage, ce qui va vous freiner légèrement, mais ce qui est déjà mieux qu’un drift improbable !

En mode facile le jeu est vraiment trop facile, les courses sont gagnées sans effort et vous pouvez finir la course en prenant un tour au dernier (il y a toujours un dernier qui traine !). En mode moyen, l’écart est vraiment important par rapport au mode facile, le niveau des adversaires est bon et une erreur de pilotage peut vous coûter une course, le mode difficile est quant à lui encore plus extrême !

 

En résumé on peut dire qu’avec cet opus, NFS est une licence qui peine à se renouveler. Il y a quelques nouveautés dont le Heat level à l’origine du titre de jeu, le mode jour/nuit ou l’avatar, mais rien de bien nouveau. Il y a un côté répétitif dans les actions et une nécessité de farmer pour évoluer, quitte à refaire plusieurs fois des courses faciles, tout évitant de se faire arrêter par la police, afin de ne pas perdre de l’argent et devoir recommencer tout le travail de farming. Le schéma globale reste toujours le même : faire des courses pour gagner de l’argent et de la réputation, améliorer sa voiture ou en acheter une nouvelle pour accéder à de nouvelles courses et recommencer. C’est une obligation qui gâche un peu le plaisir, surtout pour un jeu purement arcade.

Toutefois l’esprit Need for Speed est là, le jeu reste sympa et il plaira aux amateurs de la licence !

Ma note globale pour Need for Speed Heat : 12/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
–       Le mode jour/nuit

–       Le nombre de voitures déblocables

–       L’utilité du Heat Level

–       L’aspect répétitif et le farming

–       La sensation de pilotage

–       Peu de nouveautés

On termine avec une vidéo de Need for Speed Heat :

Need For Speed Heat est dispo sur PS4, Xbox One et PC depuis le 8 novembre 2019.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel ici.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

2 pensées sur “[Test] Need for Speed Heat – Vitesse et précipitation

  • 27 novembre 2019 à 13:55
    Permalink

    J’ai la sensation que c’est singulièrement un « most wanted » de l’époque avec des graphismes next gen… ça manque vraiment d’innovations mais les non-initiés seront content d’y jouer.

    Répondre
    • 27 novembre 2019 à 15:54
      Permalink

      C’est vrai qu’on pourrait le décrire comme ça 😉
      Les habitués ne sont pas impressionnés mais ca peut plaire au nouveaux joueurs de la licence.

      Répondre

Laisser un commentaire