[Test] Gun Gun Pixies : Peter Pan Pan et les fées perverses

Gun Gun Pixies n’a rien avoir avec la franchise Disney même si le titre un peu « putaclic » va rameuter les amateurs de demoiselles aux généreux atouts. ! Non, il s’agit d’un jeu co-développé par Compile Heart et Ideal Factory, que l’on connait notamment pour leurs jeux « très japonais » (comprenez avec beaucoup de contenus sexy comme la série des Neptunia ou de Mary Skelter dont 2ème épisode va bientôt sortir sur consoles) déjà disponible sur PSVita depuis 2017 et qui montre enfin le bout de son nez sur console Nintendo Switch et PC (le tout distribué en Europe par PQube).

Little Fairy

Vous incarnez 2 petites fées extra-terrestres répondant au doux nom de Bee-Tan et Kame-Pon. Elles sont envoyées en mission sur Terre suite à un problème qui éradique leur monde et dont seule la « technologie » humaine pourra les sauver : « Comment vivent et communiquent les Terriens en société » ?

Mais au lieu de choisir des endroits comme l’ONU (oups…. Mauvaise exemple), elles décident d’établir leur quartier général…. dans une pension pour filles au Japon afin d’en apprendre les mœurs et retourner avec ces connaissances sur leur planète.

Two for one

Le jeu se divise en 2 phases bien distinctes : La partie scénaristique sera développée via un format de type visual novel dans lequel vous allez voir les protagonistes discutés entre elles et la phase action où il faudra contrôler les fées afin de mener à bien leur mission.

En vue à la troisième personne, vous allez donc vous balader armées de votre flingue dans les différentes pièces que composent le pensionnat afin d’espionner les sœurs Misa and Kira Torii and leur amie Amayo Sato et comprendre leurs habitudes.

Le but sera de tirer sur plusieurs parties du corps chaque protagoniste des « happy bullet », balles qui augmenteront le taux d’endorphines pour que les filles puissent attendre un certain « plaisir » … Grâce à par leur petite taille, elles vont pouvoir se faufiler dans les recoins des pièces, (sous les meubles, derrière les lampes) sans se faire voir ou entendre afin de ne pas compromettre leur mission. Mission qui ne se limite pas à tirer sur les filles en continue, il vous faudra aussi trouver certains objets que les filles ont perdu dans leur chambre. Vous trouverez aussi des pièces qui vous permettront d’acheter des upgrades pour vos armes.

Mais c’est sans compter sur les ennemis qui vont vous empêchez de mener à bien l’objectif : des poulpes…

The H Rules

Inutile de tourner autour du pot et je pense que vous avez compris rien qu’en lisant le paragraphe ci-dessus : Le jeu est réservé à un public de niche amateurs de jolies formes et de filles en petite tenues. Car oui, tout dans le jeu sent le fameux H (prononcé ecchi) typiquement nippon : La situation dans lesquels vous allez espionner les filles que ce soit dans leur pièce durant leurs activités, dans leur bain ou durant leur sommeil ; les parties corporelles qui serviront de cible (tête, bustier et hanches) et les expressions à la limite de l’orgasme des filles quand vous avez accompli votre mission.

On peut encore en rajouter une couche en ce qui concerne nos petites fées, que ce soit dans leur tempérament ou sur le fait qu’elle soit toutes les deux courtement vêtues et dont le nombre de « panty shot » possible durant la partie action ferait pâlir une idol en manque de popularité ne feront qu’augmenter ce ressentiment.

N’oublions les poulpes qui, même s’il reste un fantasme typiquement nippon, servent d’ennemis. Ces derniers vont fondre par dizaine sur les petites fées afin de leur arracher leur vêtement et le Game Over s’affichera quand elles n’auront plus un centimètre de tissu sur le corps.

Mission half complete !

Le jeu développé à la base sur Playstation Vita s’est vu enfiché d’un portage sans réelle amélioration sur console Switch mais ce n’est pas trop grave, la réalisation reste tout à fait honnête ; le plus important reste que les filles soient aussi mignonnes les unes que les autres avec une modélisation plus que correcte.

Rien à redire sur l’animation, tout est présent pour faire plaisir à l’œil du joueur avide de petites culottes et de poitrines opulentes qui bougent au moindre effort. On peut avoir le même discours pour le doublage des héroïnes surtout dans leur expression vocale quand vous réussissez votre mission.

Par contre, on se retrouve comme sur la version Vita, avec une caméra qui vous plantera dès que vous allez entamer la partie plateforme du jeu.

Conclusion

Que dire de GunGun Pixies… qu’il est clairement réservé à un public averti bien précis et qu’il ne plaira pas forcément à tout le monde. Mais pour le joueur amateur de jeux « nippon frippon », il remplira le contrat et proposera une aventure haute en couleurs et en émotions d’une vingtaine d’heures avec des situations plus cocasses les unes que les autres. Si c’est ce que vous recherchez, vous pouvez foncer ! Sinon passez votre chemin.

Ma note globale pour Gun Gun Pixies : 13/20

J’ai aimé J’ai moins aimé

+ Des jolies filles en 2D/3D !

+ Scénario

+ Bonne durée de vie

– Jeu de niche qui ne plaira pas à tous

– Caméra dans les choux

– Un peu répétitif

On termine avec une vidéo de Gun Gun Pixies :

Gun Gun Pixies est dispo sur  PC et Switch depuis le 06 septembre.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel ici (lien).

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Une pensée sur “[Test] Gun Gun Pixies : Peter Pan Pan et les fées perverses

Laisser un commentaire