[Test] Control – Open your mind (PS4, Xbox One,PC)

Après le talentueux et cauchemardesque Alan Wake mais aussi le détesté ou adulé Quantum Break, le studio finlandais Remedy remet le couvert avec leur dernier jeu d’aventure/action Control. Développé pour consoles next-gen (hors Switch) et PC, les premières images présentées durant l’E3 2018 nous montraient une espèce de suite à Quantum Break avec un gameplay et une ambiance similaire… Mais les développeurs ont pris en compte le retour des joueurs sur QB . Quel est le résultat ?

Oh Hiss !

Vous incarnez Jesse Faden, une jeune demoiselle à la recherche de son frère qui aurait été enlevé par une agence gouvernementale secrète : Bureau Fédéral de Control. Elle a la tâche de gérer et d’investiguer sur tout ce qui touche à l’inexplicable… Alors qu’elle rencontre Hati, le concierge de l’immeuble qui la prend pour sa nouvelle assistante et lui demande de se rendre au bureau du directeur.

A peine sorti de l’ascenseur, vous espérez que cette rencontre pourra vous apporter des réponses sur ce qui s’est passé il y a 17 ans…. Soudain un coup de feu retentit ! Vous ouvrez la porte du bureau du directeur et vous trouvez ce dernier à terre, une arme juste à côté du corps. A peine l’arme ramassée qu’une voix mystérieuse vous officialise directrice et vous demande d’investiguer et de supprimer la menace qui plane dans l’immeuble : Le Hiss

Et oui, directement promue Directrice, elle n’est pas belle la vie ? Et bien je dirais : Pas vraiment… car énormément de phénomènes paranormaux se passent dans cet immeuble et vous semblez être la seule qui ne soit pas contaminé sans avoir une protection adéquate… Etrange…

Me voilà, Promotion !

Afin de mener à bien votre tentative de reprendre le contrôle sur le bâtiment, vous pourrez compter sur votre arme de service qui durant le jeu pourra prendre plusieurs formes et ainsi multiplier votre arsenal mais vous pourrez profiter de pouvoirs paranormaux, que vous acquerrez en annihilant les objets de pouvoirs ; objets du quotidien possédant une aura paranormale et pouvant altérer la réalité et l’espace. Parmi ses pouvoirs, vous pourrez envoyer balader vos adversaires au loin au corps à corps, vous téléporter parmi les points de contrôle que vous aurez débloqué, flotter dans les airs sur une courte durée, avoir un dash pour éviter les attaques ennemies… Mais surtout envoyer par télékinésie tout ce qui pourra être envoyé dans la gueule de vos adversaires : chaises, pierre, bureau, extincteur, distributeur de boissons etc… Un pouvoir qui vous servira la plupart du temps, car elle possède une puissance destructrice plus au moins important suivant la nature de l’envoi : Un objet tranchant tuera votre adversaire en un coup ou un équipement électrique provoquera notamment une explosion de zone et touchera les ennemis aux alentours. Pouvoirs qui peuvent aussi être améliorés durant le jeu via un arbre de compétences.

Vos ennemis quant à eux, peuvent se décomposer en plusieurs catégories : Agent de sécurité faible jusqu’au forces spéciales tactiques lourdement armés mais aussi monstres créés par le Hiss… Fantômes kamikazes, boules permettant de régénérer vos ennemis ou monstres possédant des pouvoirs de télékinésies. Il ne reste plus que les boss ou devrais-je dire les objets de pouvoirs qui sont devenus incontrôlables dû à la présence de plus en plus menaçantes du Hiss.

Durant votre progression, vous allez rencontrer un bon nombre de personnes travaillant pour le Bureau, et notamment plusieurs personnalités haut gradées qui répondront à vos questions ou vous donneront des missions ainsi que la possibilité d’accéder à des nouveaux endroits du bâtiment.

Au-delà du réel !

Même si les deux premières heures de jeu peuvent s’avérer déroutante d’un point de vue scénaristique, le titre propose une véritable atmosphère dans le paranormal. Chaque lieu du building contaminé par le Hiss va présenter une architecture vraiment déroutante ; un peu à la manière du film Inception : Des décors sens dessus dessous, une loi de la gravité complètement chamboulée… Endroit qui reprendront leur forme une fois l’objet de pouvoir maitrisé et débarrassé du Hiss. Pour compléter la DA, le jeu propose des effets de lumière histoire de faire sombrer Jess en plein cauchemar.

Les développeurs ont su tiré avantage du moteur Unreal Engine : Tout ou presque tout peut être détruit : Comme expliqué plus haut, Jess pourra utiliser son pouvoir pour balancer n’importe quoi dans la gueule des ennemis et si aucun objet n’est à disposition, il lui faudra simplement arracher un bout de mur pour obtenir un nouveau projectile ce qui donne des phases de combats ultra dynamiques.

Côté son, très peu de musiques, mais énormément effets sonores vous accompagneront durant votre périple histoire de peser un peu plus sur l’ambiance. Le jeu est intégralement doublé en français mais il y a un énorme problème de synchro labiale qu’on ne retrouve pas quand on passe le jeu en anglais sous titrés. Ce n’est pas pas déroutant en soi, surtout qu’un patch devrait sortir sous peu mais ça entache un peu le tableau.

En conclusion

Une curiosité qui finalement s’est transformé en réussite J’avoue avoir passé un excellent moment en jouant à Control : Sa durée de vie satisfaisante (comptez environ une quinzaine d’heures pour finir le scénario principale), sa difficulté croissante, ses quêtes annexes qui rajoutent un peu plus de piment et qui mettent en avant une autre partie du scénario. Mais c’est surtout son ambiance générale et son gameplay qui vont assurer un voyage sans faille dans le paranormal. Soit, tout n’est pas rose : Quelques soucis techniques sur PS4, quelques freezes qui interviennent au moment des chargements, un motion blur présent, mais qui devront être résolus très prochainement.

Ma note globale pour Control (testé sur PS4) : 16/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
+ L’ambiance du jeu !

+ L’architecture des bâtiments

+ Scénario assez complexe mais qui gagne en précision

+ Gameplay

+ Prise en main intuitive

– Légers soucis techniques

– Un seul mode de difficulté

– Certains le trouveront trop court

On termine avec une vidéo de Control :

Pour plus d’infos faites un tour sur le site officiel de Control.

Control est disponible sur Xbox One, PS4 et bientôt sur PC.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Une pensée sur “[Test] Control – Open your mind (PS4, Xbox One,PC)

  • 19 septembre 2019 à 13:32
    Permalink

    En général, j’apprécie les divers titres qui sont proposés par le studio Remedy, dont Quantum Break. Vu que j’aime aussi les jeux qui représentent un défi, j’envisage d’obtenir le soft Control pour ma PS4.

    Répondre

Laisser un commentaire