[Test] Farpoint PSVR – Enfin un FPS en VR !

Après avoir bavé sur la bande annonce (voir l’article ici) et eu la chance de l’essayer au MK2VR (voir ma preview ici), Farpoint est enfin disponible dans les bacs et j’ai surtout enfin l’Aim Controller à la maison ! Il est donc grand temps de se lancer l’arme en mains pour explorer cette planète remplie de bestioles dignes du film Starship Troopers de Paul Verhoeven. Cette comparaison est-elle méritée ? Je sens que je vais encore flipper !

Avant de vous en dire plus, sachez que lors de la preview de Farpoint j’avais été rassuré de savoir qu’il ne me rendait pas malade (le fameux Motion Sickness). Il en est de même lors des parties à la maison mais à UNE condition : ne pas reculer et donc seulement avancer. Comme je le disais tant qu’on avance cela se passe bien mais reculer ne semble pas naturel pour mon cerveau qui le prend mal 😉 Une fois qu’on sait çà, tout se passe bien.

Farpoint est donc un FPS qui a la particularité de se jouer en VR et avec un Aim Controller qui reprend le principe du PS Move mais en forme de fusil qui est trop classe dans le jeu (dans la vraie vie il est assez neutre). Développé par Impulse Gear, Farpoint nous propulse sur une planète inconnue à la recherche de scientifiques de la station Pilgrim qui ont été aspirés et projettés dans cette immensité inconnue.

Nous voilà donc sur une étendue de sable qui ressemble à s’y méprendre à Mars. On avance avec le stick de l’Aim Controller et on scrute chaque recoin pour éviter de se faire surprendre. Notre fusil est équipé d’un tir principal mais va s’améliorer avec un lance-roquettes qui sera bien utile (on peut même guider la roquette).

D’ailleurs les armes qui seront disponibles au fil de l’aventure sont :

  • Un fusil d’assaut
  • Un fusil à pompe
  • Un lance fléchette explosive
  • Un fusil à Plasma
  • Un fusil à lunette type sniper

Pour passer d’une arme à l’autre il faut lever le fusil comme si on allait le mettre dans le dos. Cela l’échangera contre l’autre arme que vous avez en stock. Le nombre de fusil est limité à deux ce qui est dommage mais finalement assez cohérent avec la réalité. Le truc qu’il faudra gérer c’est le rechargement de votre arme ou celui de l’échauffement du canon. Des paramètres à prendre en compte car ce n’est pas au coeur de l’action qu’il faudra être à sec 😉

Rassurez-vous on ne s’ennuie pas dans Farpoint car on va vite faire des rencontres flippantes. Ces phases de shoot sont alternées avec des phases de progressions simples. Le tout est entrecoupé d’indices qui donnent lieu à des scènes où on découvre ce que les scientifiques ont vécu à l’endroit où on se trouve (après avoir scanné la zone). Cela permet de progresser dans la compréhension de leur périple et surtout de poursuivre leur recherche. On sait jamais ils sont peut-être encore vivants ? Ou pas ? A vous de terminer le jeu pour savoir 😉

Il faut bien avouer que les graphismes sont super bien faits et m’ont vraiment plongé sur cette planète. Malgré cela, ne vous attendez pas à des rendus au niveau d’une PS4 car on l’a déjà dit le PSVR permet de faire des graphismes d’une PS3 voire une peu plus, c’est tout. La faute à la résolution du casque en lui-même. J’aime bien aussi les différents bruits qui correspondent à des bestioles (ou des machines dans la 2ème moitié du jeu) qui vous sautent dessus pour vous croquer ou des chutes de pierre ici et là. Ca renforce l’immersion et rend le tout plus réaliste. Il faudra profiter des rares moments de calme car il faut bien avouer que Farpoint est un jeu d’action pur et dur.

On enchaine les tirs en visant (en approchant le fusil près de votre oeil) ou au jugé mais il faut surtout rester mobile car même une petite bestiole peut vous mettre à mal. Heureusement, il suffit de se mettre à l’abri pour sortir de la zone rouge et retrouver toute sa vitalité, ça fait toujours sourire mais un peu de repos et hop on est guéri ! D’ailleurs en parlant d’ennemis, ils se débrouilleront pour être en face de nous, c’est à dire qu’il n’attaqueront pas dans le dos. Ca permet d’éviter de trop bouger et donc d’être malade. C’est plutôt sympa.

Farpoint n’est pas un open world et c’est même plutôt l’inverse, il faudra donc suivre le chemin qui est d’ailleurs le seul possible. Finalement c’est un peu comme Time Crisis sauf que c’est vous qui avancez tranquillement 😉 Souvent on fait face à une zone ou il faudra dégommer toute les vilaines bébêtes pour continuer. Heureusement quelques grenades sont là pour vous aider ! Ne les gaspillez pas ça vous évitera de trop coincer sur une zone qui sera à refaire encore et encore tant que vous n’aurez pas réussi à tout détruire en restant vivant.

Dans Farpoint le plus important c’est le mode Solo mais il n’y a pas que ça. Il faut savoir qu’un mode coop est dispo et qu’il permet de jouer avec un pote qui doit posséder le jeu, la console et le PSVR. Une fois les éléments techniques réunis c’est parti pour faire une des 4 missions coop proposées dans Farpoint. En plus de ce mode il y a aussi un mode « défi » qui ressemble à du « time attack » puisque vous avez un temps limité pour atteindre la zone suivante sans vous faire battre par les bestioles du coin. C’est d’ailleurs ce mode que j’avais testé lors de la preview au MK2VR.

Tout ces ingrédients font de Farpoint un jeu fort sympa avec une forte immersion. C’est clairement un jeu qui met le PSVR en valeur avec des sensations renforcées par l’Aim Controller. C’est sûr que le jeu est assez linéaire et peu varié mais c’est un vrai défouloire. On dégomme des vilaines bêtes au début et des sortes de robots après ce qui change un peu d’ennemis. Par contre les graphismes ne sont pas “hyper mega giga top” mais suffisamment bien pour prendre du plaisir à jouer. On est quand même impressionné et un peu flippé par certaines attaques d’araignées géantes (surtout le boss qui est en milieu de partie, le seul boss d’ailleurs !). J’ai surtout apprécié les vues de cette planète remplie de surprises. C’est dépaysant d’avancer dans ces paysages au look de de la planète Mars. Dégommer des ennemis est tout de même répétitif mais il y a un mode coop qui peut apporter un peu de variété. Enfin, j’ai apprécié de ne pas avoir la nausée (à condition de pas jouer 2h d’affilée). Farpoint est donc un jeu que je vous conseille mais seulement si vous jouez avec l’accessoire ultime pour un FPS, l’Aim Controller. Avec la DS4 de la PS4 c’est possible mais c’est beaucoup moins fun ! J’ai hâte que d’autres jeux profite de ce nouvel accessoire qui vous l’avez compris m’a autant séduit que le premier jeu qui l’exploite 😉

Ma note globale pour Farpoint sur PSVR : 16/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • De jolis graphismes…
  • Enfin un FPS en VR
  • L’Aim Controller trop classe
  • Un scénario pas mal
  • Les moments de flip !
  • L’immersion
  • Présence d’un mode coop
  • Durée de vie
  • Ca shoot de partout (mais mieux vaut viser)

 

  • …mais pas au niveau d’une PS4
  • Moins sympa à la manette qu’avec l’Aim Controller
  • Un seul boss et encore au milieu du jeu
  • Ne jamais reculer ! Sinon motion sickness 😉
  • L’effet couloir

En bonus voici une vidéo qui vous donnera envie de jouer à Farpoint :

Le pack Aim Contrôler avec le jeu Farpoint est à 89€ sur Amazon alors que le jeu seul coute 59€ sur le PlayStation Store (en débat’) ou sur Amazon (en disque). J’espère que cet accessoire sera compatible avec d’autres jeux car pour l’instant seul Fapoint l’accepte. Ce serait une bonne façon de le démocratiser !

Pour plus d’informations, vous pouvez faire un tour sur le site officiel de Farpoint.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Une pensée sur “[Test] Farpoint PSVR – Enfin un FPS en VR !

Laisser un commentaire