[Test]  F.I.S.T. – FORGED IN SHADOW TORCH : Un poing, c’est tout !7 min read

Les jeux made in China, ça court pas les rues sur nos consoles adorées…  Alors quand enfin un de ces derniers est disponible dessus, on est content de pouvoir mettre la main dessus. Surtout que le titre en question avait été annoncé lors d’un showcase dédié au jeu chinois, il y a maintenant 2 ans. Développé par les équipes du studio TiGames (Filiale de Tencent, un géant de l’internet chinois) et publié par Bilibili, F.I.S.T. pour «Forged In Shadow Torch» débarque avec ses grandes oreilles sur Playstation 4, PS5 et Steam.

Quand les lapins tapent du poing !

FIST est un metroidvania tout ce qu’il y a de plus classique, ce qui peut se résumer à de l’exploration dans un environnement labyrinthique et hostile, un système d’upgrade d’armes et de compétences, des combats dynamiques contre un bestiaire de plus en plus impressionnant et un scénario minimaliste mais efficace. Fort heureusement, F.I.S.T. coche toutes les cases qui définissent le genre.

L’action se passe à Torch City, ville entièrement peuplée d’animaux anthropomorphes, qui depuis plus de 6 ans vivent sous la contrainte de l’envahisseur : La Légion Robotique, une force armée composée de robots à l’apparence de canidés qui recherche une puissance cachée au sein de la cité. Vous incarnez un lièvre se prénommant Rayton et ancien résistant. Alors que vous assistez sans défense à l’incarcération d’un de vos compagnons, vous décidez de vous remettre en selle contre l’oppresseur et d’aller au combat pour délivrer votre ami. Armé de votre énorme poing de métal, vous vous lancez dans une aventure qui vous fera parcourir le moindre recoin de Torch City et de ses environs. Vous pourrez aussi compter sur vos anciens compagnons ainsi que la mafia locale pour vous aider dans votre quête.

Gogo Gadget au poing !

Mais votre poing ne sera pas votre seul atout. Au long de votre aventure, une énorme perceuse qui ne vous servira pas qu’à faire des trous dans les murs ainsi qu’un fouet électrique qui pourra se transformer en corde pour atteindre des endroits inaccessibles viendront se greffer à votre inventaire. Aussi des mouvements et combos dévastateurs pourront être débloqués via un arbre de compétences grâce à l’argent que vous allez accumuler durant vos combats contre les hordes de la Légion Robotique. Il ne faudra pas hésiter à passer d’une arme à une autre pour faire le maximum de dégâts à vos adversaires et quand ces derniers seront trop affaiblis, il vous sera possible d’achever votre ennemi de manière brutale.

Le bestiaire est assez fourni, entre les tireurs d’élite, les épéistes lourds, les samouraïs, ninjas ainsi que les imposants boss qui n’hésiteront pas se mettre à plusieurs pour votre peau, tout ce petit monde vous donnera du pain sur la planche, et la tâche sera rude, surtout quand vous allez enchaîner les combats. La victoire ne sera pas facile, mais les nombreux checkpoints parsemés dans le jeu évitera de se retaper un passage trop long.

Little China-Zootopia !

Au niveau du chara design, on pourrait faire un gros rapprochement avec le classique de Disney : Zootopie mais avec un côté made in China à l’allure steampunk avec quelques ressemblances… Notre héros est un lapin, le chef de gang est un rat… Mais après tout, on s’en moque ! Surtout que les personnages sont très bien modélisés et possède tous un look et un tempérament qui leur sont propres. De plus, il faut avouer que la mégapole modélisée en 3D que ce soit les quartiers de la vieille ville ou la zone militarisée ultra high tech en passant par les égouts ou les montagnes environnantes sont superbement détaillés et possèdent toute une ambiance jouant a fond sur les éléments climatiques qui la composent avec beaucoup d’effets de lumières. C’est donc un véritable plaisir de se balader dans la dédale de quartiers labyrinthique qu’est Torch City.

La maniabilité pour ce genre de titres est primordiale, car il faudra user de vos réflexes pour venir à bout des sbires de la Légion Robotique, et pour cela Rayton répond au quart de tour et se contrôle aisément à coup d’enchaînement entre boost, double saut et frappe, le tout dans une excellente fluidité. On appréciera aussi les phases d’infiltration ou de timing où votre dextérité et vos réflexes seront mis à rude épreuve avec la délivrance du check point à la fin du parcours. La seule petite ombre du tableau vient de la bande son qui se fait petite devant les crissements des coups que vous allez porter à vos adversaires et des explosions engendrées par leur mise à mort. On saluera tout de même le travail des doubleurs, car le jeu vous propose doublage en chinois ou anglais.

F.I.S.T. – la conclusion : POING

C’est « presque » un sans faute qu’affiche FIST, personnellement, il a toute les qualités d’un bon métroidvania, à savoir une ambiance propre, un scénario sympathique, un gameplay facile à prendre en main et un challenge mélangé à une difficulté croissante… Bref il a tout pour plaire. Mais on peut lui reprocher quelques bugs plus ou moins gênant qui je pense ont été corrigé sur la nouvelle version (oui je redémarre jamais ma console pour appliquer les derniers patchs, pas bien je sais…). On rajoute à ça l’arrivée d’une version française dans le texte… On a de quoi contenter tout le monde ! La seule chose qu’on peut lui reprocher, c’est sa durée de vie : une dizaine d’heures pour en venir à bout… Mais on est dans la norme du genre. Bref… Il ne me reste plus qu’à vous recommander chaudement d’enfiler vos gants de combats et de partir à la baston !

Ma note globale pour F.I.S.T. – FORGED IN SHADOW TORCH : 16/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Un Metroidvania qui déçoit pas (que ce soit niveau ambiance et graphismes, coucou Axiom Verge 2…)
  • Excellent gameplay.
  • Doublage anglais de bonne facture
  • Musiques sans plus
  • Durée de vie
  • Uniquement sur PS4/PS5 et Steam
  • Pas de sortie physique

F.I.S.T. sur PC ça donne quoi ?

NVIDIA annonce que « F.I.S.T. : Forged in Shadow Torch » est dispo sur PC, et que le jeu bénéficie de nombreuses technologies, notamment le NVIDIA DLSS, NVIDIA Reflex et le ray tracing DXR. F.I.S.T. est doté d’un système d’éclairage en raytracing qui comprend les réflexions, l’éclairage global et les caustiques qui améliorent considérablement la qualité de l’image dans le jeu.

Le DLSS dans F.I.S.T. offre une mise à l’échelle efficace sur tous les GPU RTX et toutes les résolutions, avec des gains notables en 4K avec le ray tracing activé. Le DLSS donne des boosts jusqu’à 3X en 4K, ce qui permet de jouer en ray tracing à 60 FPS en résolution 4K sur une 3060Ti et plus !

On termine avec une vidéo de F.I.S.T. – FORGED IN SHADOW TORCH :

F.I.S.T. – FORGED IN SHADOW TORCH  est dispo sur PS4/PS5 et Steam pour 29€.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le compte officiel ici.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire