[Test] Dragon Quest Builders 2 sur Switch et PS4

En 2016, Square Enix montrait les premières images d’un spin-off da la fameuse série Dragon Quest mais saupoudré de gameplay tiré du jeu phare de la société Mojan : Minecraft : Ainsi naquit Dragon Quest Builders. Pas vraiment original me direz-vous, néanmoins le titre s’imposera comme une référence grâce à notamment son gameplay, ses graphismes familiers et surtout sa licence. Le titre a été édité sur toutes les consoles Sony ainsi que sur la dernière de Nintendo.

Devant un tel succès, il était plus que certains que Square Enix allait remettre la machine en route… Chose faite avec Dragon Quest Builders 2 (DBQ2) disponible depuis début juillet sur les consoles PS4 et Switch pour le bonheur de nos petits bâtisseurs en herbe.

Un jour, je serai le meilleur bâtisseur

Votre protagoniste, bâtisseur de surcroît, se retrouve emprisonné dans une galère dirigée par des monstres, disciples du culte d’Hargon. Mais une tempête éclate et fais chavirer le navire emportant tout l’équipage et les prisonniers. Abandonné par les vagues sur une plage d’une île déserte, vous reprenez conscience et faites la connaissance de Malroth. Lui aussi était présent sur le bateau mais il est atteint d’amnésie. Il décide de joindre notre héros afin de l’aider dans son entreprise : Restaurer l’ordre sur les îles aux alentours et de vaincre Hargon et son armée de sbires.

Ainsi Malroth vous accompagnera dans tous vos déplacements et son aide vous sera plus que bénéfique. Possédant une force physique plus importante, il vous donnera un coup de mains pour combattre les ennemis que vous allez rencontrer. Il vous aidera aussi sur la partie cueillette : Vous cherchez des feuilles sèches ? il suffira d’en ramasser une pour que ce dernier vous imite et se lance dans ramassage..

De l’amélioration dans l’air

Vous allez donc parcourir les différentes îles que composent le vaste monde de DQB2, rencontrer les habitants désemparés et tenter de leur venir en aide en leur apportant un toit grâce à vos talents de bâtisseurs. En retour, ils vous apporteront connaissances et savoirs sur des thèmes comme l’agriculture ou la cuisine créant ainsi une symbiose et une énergie dans le village en pleine reconstruction. Les PNJ, contrairement aux personnages du premier opus peu actifs, vous aideront à améliorer la vie de la communauté en cultivant la terre, en s’occupant de la récolte et de la cuisine. Ils pourront même défendre le camp si vous les équipez d’armes. Vous aurez même la possibilité de sympathiser avec des monstres et surtout des animaux qui s’avéreront être de redoutables chercheurs de trésors.

On notera aussi des petits rajouts qui manquaient au précédent opus, notamment l’indication des endroits à visiter, la possibilité de se téléporter n’importe vous faisant gagner de nombreuses minutes ou la possibilité de courir ou de nager dans les profondeurs. Mais vous pourrez aussi construire vos propres véhicules afin de faciliter vos déplacements.

Même si le jeu est découpé en plusieurs îles, elles restent toute interconnectées entre elles via un système de navigation. Ainsi vous pourrez toujours revenir et faire prospérer vos anciens villages en leur ramenant des denrées inexistantes.

G-RPG ou A-RPG ?

On retrouve toujours le petit côté Action-RPG du titre, même si ce dernier est simplifié à extrême. Pas de stratégie de combat, pas de sort à lancer, il suffira d’attaquer et d’esquiver les coups portés par l’ennemi. Le système de points d’expérience est toujours là et concernera aussi le village tout entier. A chaque action que vous effectuerez pour les villageois, ils partageront leur gratitude via des «cœurs». Une fois une certaine quantité ramassée, vous aurez la possibilité de faire retentir la cloche du village afin qu’il puisse monter d’un niveau. En récompenses, vous imaginerez de nouvelles idées de créations et de nouveaux villageois.

La partie exploration est toujours aussi importante, car les denrées recherchées se trouvent toujours aux quatre coins de chaque île, mais le fait d’être accompagné par Malroth et souvent d’un animal évite la monotonie du monde entièrement délabré représenté dans le premier épisode ce qui rend les trajets plus sympathiques.

Techniquement, il n’y a rien à redire, on reste dans la lignée de son prédécesseur, fluidité en moins en mode portable sur Switch (oui c’est beaucoup plus agréable quand la Switch est sur sa base). Les musiques qui accompagneront vos journées sont toujours aussi mélodieuses et l’interface, même si les caractères des textes peuvent sembler de petite taille, n’en reste pas moins lisible et ergonomique.

En résumé

J’avoue avoir pris énormément de plaisir à me lancer dans cette aventure. Les développeurs ont gommé les problèmes évoqués par les joueurs et ont en profité pour peaufiner leur titre au maximum. Le titre, via ses graphismes, sa musique, sa difficulté croissante, sa traduction française intégrale, son excellente durée de vie (70h minimum, voir plus si vous souhaitez voir vos villages évolués au maximum), sans oublier un mode en ligne permettant à 4 joueurs de participer à l’aventure, possède tous les atouts qui feront passer un excellent moment aux joueurs de tout âge.

Ma note globale pour Dragon Quest Builders 2 (testé sur Switch) 18/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Un scénario bien fichu en relation avec Dragon Quest II
  • Une évolution visible par rapport au premier opus
  • Des quêtes qui ne se répètent pas à outrance
  • Une durée de vie gargantuesque
  • Pas de mode coop en mode splitté malgré la possibilité de multijoueurs en ligne.

Merci à @Uni_KennY pour son avis détaillé.

On termine avec une vidéo de Dragon Quest Builders 2 :

Pour plus d’infos faites un tour sur le site officiel de Dragon Quest Builders 2. Une démo est d’ailleurs dispo via ce lien.

Dragon Quest Builders 2 est disponible sur Switch et PS4.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Laisser un commentaire