[Test] Assassin’s Creed Odyssey sur PS4 Pro : la Grèce libre !

Il y a un an Ubisoft nous offrait Assassin’s Creed Origin qui se déroulait en Egypte (voir mon test ici) et qui nous offrait un grand nombre de nouveautés pour les quelles il avait fallu environ deux années de développement. Avec un nouvel opus nommé Odyssey (encore un ACO), Ubisoft nous entraine à la découverte de la Grèce antique, de ses nombreuses îles, paysages et surtout conflits de l’époque. Avec une seule année écoulée depuis le dernier Assassin’s Creed cet opus arrivera-t-il à surpasser son prédécesseur déjà bien fourni en nouveautés ?

Afin de poser le cadre de ce décor qui me parait idyllique, une petite présentation s’impose. Ici on incarne Alexios ou Kassandra (oui on a le choix), deux personnages frère et sœur victimes d’un drame familial, je n’en dis pas plus afin de ne pas gâcher le plaisir. Les années passent et ces deux personnages se sont perdus de vue, la guerre entre Athènes et Sparte faisant rage. Les nombreux rappels historiques sont très agréables et les cinématiques les accompagnants d’une grande qualité et ne gâchent pas le plaisir du jeu. J’en veux pour exemple la première vidéo n’est pas sans nous rappeler le fameux film 300 et dès les premières minutes le ton est donné sur l’ambiance et la qualité d’Assassin’s Creed Odyssey.

En ce qui concerne le jeu dans son contenu Ubisoft n’y a pas été de main morte. Ici plusieurs dizaines d’heures sont nécessaires afin de finir l’histoire principale. C’est d’abord sur le scenario principal que le studio s’est penché. En effet en plein conflit Athènes/Sparte, on se retrouve dans la peau d’un mercenaire offrant ses services aussi bien à Athènes qu’à Sparte. Autant vous dire que les rencontres de personnages importants de l’époque sont nombreuses et aussi intéressantes les unes que les autres. Les décisions que l’on doit prendre sont toutes aussi nombreuses, certaines n’influençant que les dialogues, d’autres la perception que l’on a de vous, alors que plusieurs auront de réelles conséquences sur l’histoire et le suivi de certaines quêtes qui suivant nos choix apparaissent ou disparaissent.

Trois branches ressortent de l’histoire de notre personnage :

  • la poursuite de l’histoire familiale,
  • la première civilisation,
  • la poursuite des membres d’un culte cherchant à semer la discorde et à imposer leurs lois.

Chaque branche amène sa fin, mais également son lot de rebondissements. A tout cela viennent s’ajouter les quêtes annexes qui sont aussi nombreuses qu’intéressantes aillant pour certaines des liens avec le scenario principal et s’entremêlant tellement bien à celui-ci que l’on n’a pas envie de faire un rush de l’histoire principal mais plutôt de trainer découvrir cet environnement riche et complet. Avec ce nombre impressionnant de quêtes, on apprécie les dialogues adaptés qui si l’on a déjà récupéré l’objet d’une quête que l’on nous propose, le dialogue est adapté disant que la quête est déjà faite. Seul bémol pour les fans de la première heure, tout comme son prédécesseur les scènes dans le présent sur l’animus sont très rares et sans importance pour l’histoire mais on le mérite d’être là.

Autre bonne idée, la possibilité d’un choix entre un mode exploration et un mode plus tracé. En effet, en mode exploration, on doit chercher les objectifs par nous-même, je vous rassure les indices donnés durant les dialogues et la présence de notre fidèle aigle Ikaros (surement un cousin de Senu 😉  ) permettent de ne pas chercher durant des heures et même les débutants pourront s’en sortir et apprécieront, je pense, autant que moi ce mode permettant de profiter et de découvrir les régions et les points d’intérêt que l’on croise sur notre passage : un fort, une grotte, une ville, etc. Ce mode permet une réelle découverte de toute la magie de cette époque et est pour moi le plus appréciable et le plus immersif. L’essayer c’est l’adopter !

Deux autres occupations viennent enrichir ce tableau déjà bien fourni en activités :

L’une d’elle est le fait d’être pris en chasse par des mercenaires qui nous poursuivront lorsque l’on vole, tue, etc. L’assassinat de ceux-ci nous permet de monter dans les rangs de réputation des mercenaires et de profiter de certains avantages dus à notre rang chez les forgerons en payant moins cher des gravures ou des objets. Ici encore certains ont un lien avec d’autres partie de l’histoire principale.

Deuxième chose, la possibilité de participer à des batailles entre Athènes et Sparte. Une fois que la région aura été assez affaiblie et après avoir choisi le camp qui vous offre la récompense la plus alléchante, le vainqueur prend le contrôle de la région, à vous de choisir qui vous voulez voir dominer la Grèce. Ici encore tout à un lien on peut croiser un mercenaire travaillant pour le camp ennemi et donc le tuer durant la bataille.

Un gros point qui avait été repensé pour Assassin’s Creed Origin et qui l’est encore plus dans  Odyssey est cet aspect jeu de rôles avec les compétences et le système de combat qui pour moi se sont encore améliorés. En effet, ici le choix de l’équipement des compétences et des gravures apposés sur votre équipement reflétera votre façon de jouer, plutôt chasseur (arc), guerrier (armes à deux mains), assassins (dagues). Pour citer un exemple concret, pour ma part j’ai misé sur une dague et un arc empoisonné et donc mis des points de talents sur l’augmentation dégâts de poisons. A noter de plus qu’il n’y a plus qu’un seul type d’arc, c’est encore le système de talents qui vous permettra de choisir les compétences permettant de tirer plusieurs flèches. Enfin, ici le bouclier disparait et la touche est redisposée afin de nous permettre d’utiliser des compétences particulières choisies dans l’arbre de talents. Attention, il y a plus de compétences que de touches disponibles, à vous de choisir vos préférences 😉

Le retour du volet naval fut une agréable surprise pour moi. Plus de temps de chargement au passage entre terre et mer, possibilité de fendre en deux des bateaux et un système de combat ressemblant à ce que nous connaissions déjà dans Black Flag. Même si ce volet reste peut nécessaire au déroulement de l’histoire grâce au déplacement rapide il n’en reste pas moins agréable et puis visiter les îles grecques en bateau c’est quand même sympa non ?! De nombreuses améliorations sont disponibles pour le bateau lui-même mais aussi la possibilité de recruter des lieutenants soit au fil de l’histoire soit tout simplement en assommant des gardes et en leurs proposant de nous rejoindre, ces recrutements permettent d’obtenir des bonus pour notre navire, résistance, augmentation des dégâts des marins, etc.

Au niveau de l’univers en lui-même pas grand-chose à redire, la carte est immense, les îles nombreuses, les décors sont magnifiques et criant de vérité de jour comme de nuit, l’absence de chargement est une vrai bénédiction de Zeus. Rien ne vient ternir ce tableau parfait !

A ma grande surprise, Assassin’s Creed Odyssey est bien plus qu’une simple évolution. Pour moi, il est l’apothéose de cette licence, le point d’orgue de ce renouveau de la licence. Les rouages des quêtes (même annexes), le scenario, les dialogues, la jouabilité, la vie et l’évolution des personnages dans l’histoire, la liberté est totale et très plaisante. Tout est là pour faire de ce jeu un titre phare. Ubisoft s’est dépassé afin de nous offrir ce titre que je pensais qu’un simple skin grecque de la version Origin. Il n’en est rien et c’est un véritable nouvel Assassin’s Creed qui mérite tout sa place dans votre ludothèque. Le peu de défauts décelés ne vaut même pas la peine d’être cité tant ils sont minimes et ne viennent en rien gâcher cet opus. Même si Assassin’s Creed Odyssey est très conséquent, ça donne envie de nouvelles aventures. Les DLC arrivent bientôt d’ailleurs. En tout cas Assassin’s Creed Odyssey arrive à confirmer la bonne forme de la licence et présage du meilleur pour la suite qu’on attend avec impatience !

Ma note globale pour Assassin’s Creed Odyssey sur PS4 Pro : 19/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • La magnifique réalisation
  • Immersion dans la Grèce antique
  • La progression des talents et des combats
  • Un contenu énorme
  • Possibilité d’être un mercenaire
  • Une grande liberté de choix
  • Impact des choix sur le déroulement
  • L’histoire principale top
  • Quêtes annexes qu’on a envie de faire
  • Les personnages secondaires plus intéressants que dans les anciens opus d’AC

 

  • Lock et caméra sur la même touche en combat
  • Longueur des temps de chargements (y en a pas beaucoup heureusement)
  • IA pas parfaite mais ça passe hein 😉
  • Des petits trucs répétitifs

On termine avec une petite vidéo pour finir de vous convaincre :

Disponible sur PS4, XBox One et PC depuis le 05 Octobre 2018 Assassin’s Creed Odyssey a plusieurs  éditions (Collector, standard etc.) comme par exemple la version Omega en exclusivité Micromania. https://www.micromania.fr/assassin-s-creed-odyssey-edition-omega-exclu-mm-88828.html

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel d’Assassin’s Creed Odyssey.

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Une pensée sur “[Test] Assassin’s Creed Odyssey sur PS4 Pro : la Grèce libre !

Laisser un commentaire