[Test] NioH sur PS4 – Apprendre à perdre pour mieux vaincre !

Disponible depuis début février, j’ai longtemps hésité avant de me lancer dans NioH. Pourquoi ? Tout simplement parce que mon expérience des jeux difficiles comme Dark Souls III ou Bloddborne m’avaient laissé une sorte de frustration. C’est sans doute l’ambiance Japon médiéval (sur le devant de la scène avec For Honor aussi) qui m’a donné envie de craquer. Me procurer NioH, avec ses faux airs de « dernier samourai » avec Tom Cruise, s’est finalement décidé par une envie d’incarner Williams Adams un blond costaud carrément badass avec son équipement Nippon. Voyons voir si finalement j’ai bien fait de m’aventurer dans NioH ou vais-je encore enchainer les « game over » pour finalement abandonner. La réponse dans ce test !

Commençons déjà par saluer la sortie de NioH car il a bien failli passer à la trappe un paquet de fois. Le travail sur ce jeu a débuté il y a plus de 10 ans et c’est la Team ninja qui a réalisé le jeu tel qu’il est disponible aujourd’hui. Pour situer l’histoire, nous sommes fin XVIème, début du XVIIème siècle et on incarne William Adams, un britannique. Votre perso se joue à la troisième personne et le début de l’aventure se passe dans une prison lugubre. Votre esprit protecteur Saoirse est enlevé et se retrouve au Japon. Direction le pays du soleil levant pour le retrouver ! Vous voila donc au Japon en plein Sengoku. Cette période est marquée par une guerre de clans et notre perso va se frayer un chemin dans cette trame historique peuplée de Yokai (des démons, peut-être moins historiques mais bien plus légendaires !).

Ces derniers ont, il faut bien l’avouer, des styles vraiment classes avec une réalisation soignée remplie de détails. Certains sont flippants et d’autres tout mignons d’ailleurs.

NioH est un avant tout un jeu d’action et RPG à la fois. Attention ce n’est pas de l’action en mode bourrin. Ici, il faudra être patient, progresser doucement pour n’attirer qu’un ennemi à la fois et le combattre en usant plusieurs techniques au gamepad. Là aussi, sur votre manette il faut bien penser à esquiver sinon c’est le gameover assuré. On retrouve les mêmes mécaniques de combat que dans Dark Souls III. Les différentes parades devront être utilisées pour attendre le moment idéal pour frapper votre ennemi (bien souvent par derrière) Vous userez (et abuserez) du déplacement latéral qui permet de garder son ennemi en visu. Par contre on ne peut pas compter sur un bouclier pour se protéger (on se croirait dans Ninja Gaiden), il faudra utiliser vos parades pour s’en sortir.

Au niveau du style de combat, on pourra changer en cours de combat entre la position basse (rapide mais faible), moyenne ou haute (lente mais plus puissante). Pour ma part je suis surtout resté en posture moyenne sans doute pour me consacrer plus aux déplacements et aux bons moments pour attaquer. Néanmoins je commence à changer de style de temps en temps, surtout pour faire des combos carrément classe 😉

Ne négligez pas la jauge d’endurance appelée Ki ! En effet à trop vouloir attaquer on s’épuise et c’est ce moment que vos adversaires saisiront pour infliger un game over en 1 ou 2 coups. Il y a quand même une justice car les ennemis fonctionnent de la même manière. Leur jauge de Ki vidée sera l’occasion de les achever avec une effusion de sang suivant qu’il sera empalé ou décapité. Oui un sabre car coupe bien quand même !

Les combats sont donc ardus mais je ne suis pas surpris. Heureusement, grâce à un arbre de compétence on pourra améliorer différentes capacités de notre perso et tant mieux ! Ce sera de la vie, de la magie, de l’endurance etc. Ce ne sera jamais de trop pour progresser dans l’aventure principale mais aussi dans les secondaires. Ces dernières d’ailleurs permettent d’avoir pas mal d’items bonus et de stuff pour s’équiper et dominer vos adversaires. Le découpage du jeu en niveau rejouable sera l’occasion de « farmer » ce qui n’est pas très glorieux mais bien pratique pour se doter d’équipements décents.

L’équipement est très important pour vaincre (un peu) plus facilement les Yokai mais comme il faut bien avouer qu’il y en a vraiment beaucoup ! Trop ? En tout cas les allers retours au dojo seront inévitables pour dealer votre stuff. J’avoue que cette multitude de choix m’a un peu déstabilisé et je n’ai pas eu le courage de vérifier dans le détail chaque équipement. Les plus minutieux et pointilleux seront ravis de ce choix pléthorique !

D’ailleurs vous allez adorer la Forge car on peut y fabriquer des équipements gràce aux matériaux choppés au cours de nos missions. Enfin, sachez que les équipements communs sont blancs alors que les plus rares sont violets (comme dans les jeux de chez Blizzard, on est donc pas perdu).

Certes les niveaux n’ont pas vraiment de liens entre eux mais un peu comme les jeux d’arcade d’antan (remember Shinobi !). Ca a le mérite de varier les lieux sur le thème commun du Japon Féodal. Les niveaux sont peut être un peu vide. En parlant des niveaux justement, évoquons le level design, on ne se sens pas dans un tunnel ou on aurait que le choix d’avancer ou reculer. On peut se promener ici et la, aussi il ne faut pas parcourir les niveaux à la va-vite. En effet, ils contiennent des tas de trucs bien cachés, des pièges mais aussi des raccourcis. Ces derniers sont toujours utiles pour éviter de refaire une zone et ainsi éviter quelques ennemis au passage.

Il y a environ 20 missions principales auxquelles s’ajoutent les secondaires. Pour les plus acharnés il y a les missions du crépuscule (qui sont plus difficiles) et les missions de Dojo (avec de meilleurs bonus). Pour terminer tout cela le mode solo est bien entendu suffisant mais on peut faire appel au mode multi-joueur. Ce dernier est basé sur la coopération et se décline en deux modes : visiteur et compagnon. Dans le premier vous êtes un fantôme et si votre hôte meurt, vous aussi. Dans le deuxième ce n’est pas le cas car si un deux deux tombe, l’autre peut lui venir en aide. Un mode multi vraiment le bienvenu, assez simple mais efficace.

Si NioH regorge de détails dans sa conception et dans sa gestion de l’équipement, il aurait mérité une meilleure finition graphique. On sent que le développement a débuté à l’air de la PS3 mais sait profiter des performances de la PS4. Sur le modèle classique il pourra afficher du 60fps mais à une résolution moindre alors que les fans du 1080p plafonneront à 30fps. Pour ma part j’y joue sur PS4 Pro et c’est le pied car on a droit à du 60fps en 1080p. Une optimisation plus poussée aurait peut être permis cette performance sur toutes les PS4. Malgré cette animation plutôt réussie, les textures auraient mérité une meilleure finition mais si c’est déjà top. C’est vrai qu’on est devenu exigent avec des titres comme Uncharted 4 ou le prochain Horizon Zero Dawn.

Pour terminer, suis déjà démotivé ou frustré par NioH ? En fait ca va ! C’est sur je perds souvent et je râle contre moi même car j’ai été trop impatient pour attaquer un Yokai. Je peste quand je meurs en deux coups alors qu’il en faut 10 000 pour vaincre un ennemi mais chaque j’apprends de chaque adversaire. On a cette impression de parcours initiatique ou un samouraï trouvera un enseignement dans chaque épreuve. C’est la ligne que semble suivre Team Ninja et ca marche plutôt bien. NioH contraste avec des titres plus accessibles comme la série des Uncharted ou la narration prime. Dans NioH ce qui prime c’est l’enseignement des combats ou la moindre victoire vous laissera un excellent souvenir, un sentiment de fierté et d’élévation personnelle. Pour y arriver il faudra s’armer de patience et surtout persévérer !

Note globale de NioH : 15/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
Difficile mais pas impossible

Sait récompenser vos victoires

Pleins de trucs à trouver

Japon médiéval convainquant

Rendu du perso badass !

Possibilité de privilégier les FPS

Animation 1080p 60 fps sur PS4 pro

Plusieurs façons de combattre

Action et RPG à la fois

Le parcours d’un vrai samouraï

Au moins 40 heures de jeux (pour moi)

Dur …

Des niveaux plus difficiles que le boss

Les menus de l’équipement

Beaucoup d’équipements

Un brin en retrait techniquement

Nombre d’ennemis peu nombreux

Rendu full HD 60fps réservé à la PS4 Pro

On pourrait se lasser des défaites

 

 

NioH est disponible sur PS4 exclusivement et vous pouvez vous le procurer sur le PlayStation Store en version démat’ ou en édition physique sur Amazon ou Micromania par exemple.

Pour le site officiel c’est par ici : https://www.playstation.com/fr-fr/games/nioh-ps4/

N’hésitez pas à partager votre avis en commentaire 😉

@gouaig

Bonus 1 : Pourquoi avoir abandonné Dark Souls III et pas NioH ?

Pour ceux qui se pose la question, je préfère NioH à Dark Souls III même si les deux titres ne sont comparables que par leur haut niveau de difficulté. Certes les mécaniques d’esquive se ressemblent mais NioH est bien plus généreux en items pour vous aider à progresser. La forge est l’élément primordial qui permet de se constituer un bon équipement et ainsi mieux progresser. Enfin c’est peut-etre tout simplement l’univers médiéval japonais qui m’a séduit. N’empêche qu’il est dur NioH… enfin exigent plutôt ! 😉

Bonus 2 : Au fait, je viens de l’apprendre de la part de Koei Tecmo, le titre développé par Team Ninja a dépassé le million d’exemplaires vendus ! Pour fêter ça (et aussi se faire pardonner des rupture de stock ici et là), une armure en or est disponible :

Bonus 3 : Une galerie de screenshots

Ce diaporama nécessite JavaScript.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Une pensée sur “[Test] NioH sur PS4 – Apprendre à perdre pour mieux vaincre !

Laisser un commentaire