[Test] Injustice 2 : Le retour des super Héros ?

Après plusieurs années de vache maigre, les super héros n’avaient plus trop la cote. Heureusement, les studios Marvel et DC Comics n’ont rien lâché et depuis quelques années entre les films et jeu vidéo c’est reparti ! En 2013, les studios Nord-Américain (Chicago pour être précis) de NetherRealm commençaient à profiter du vent en poupe des super héros pour nous sortir un jeu de combat explosif avec un bon scenario qui s’inspirait de la ligue des justiciers : Injustice : Les Dieux sont parmi nous. Aujourd’hui, après 4 ans, ils nous reviennent avec un second opus qui sur le papier parait très intéressant. Toujours sur la base de la ligue des justiciers et d’un désaccord entre Batman et superman ce jeu arrivera-t-il à faire ces preuves au milieu de jeux historiques et ayant déjà fait leurs preuves ? Street Fighter V, qui a eu droit à des retouches graphiques et des personnages supplémentaires et le non moins prestigieux Tekken 7 qui vient de sortir sont ses principaux concurrents, qui est le meilleur ?

Petit point de situation : Le Tirant Khal El (Super Man) et son régime de terreur ne sont plus qu’un souvenir. En effet, accablé par la perte de sa femme Loïs Lane il s’était autoproclamé «Juge, Juré et Bourreau» et croupit désormais en prison sous un soleil “rouge”. Suite à la défaite de Superman et de son régime de terreur, la terre sous l’impulsion de Bruce Wayne (Batman), s’est relevée. De cet ancien monde est né un espoir incarné par Batman et ses nouveaux alliés. Les ennemis d’autrefois sont devenus des alliés de circonstance, comme la très belle et très dérangée Harley Quinn (la première fois qu’on la découvre en train de travailler dans la Bat Cave ça fait bizarre) et ils soutiennent une ligue des justiciers gangrénée par les désirs de vengeance et les inimitiés.

Une paix fragile règne…, mais pas pour longtemps. Le criminelle Gorilla Groods et son organisation profite de la confusion ambiante pour raviver les flammes de la discorde et semer le chaos dans un but précis. Derrière les agissements de ce groupe appelé «La Société» se cache une menace venue des confins de l’univers qui frappera sous peu la Terre. Les membres fondateurs de la league des justiciers devront s’allier une fois de plus pour contrer ensemble cet ennemi et la destruction du monde. Cette alliance résistera-t-elle aux visions diamétralement opposées de ses 2 leaders ?

Vous pourrez choisir ou non de suivre le didacticiel, qui est plutôt bien fait et vous montre toutes les possibilités de combos dans ce jeu, autant vous prévenir qu’il y en a beaucoup et un bonne heure est nécessaire pour le finir et surtout maitriser tous les coups.

Après ça un large choix s’offre à vous allant de la campagne solo, surveillance du multivers, multi hors ligne et multi en ligne.

La campagne solo loin d’être un simple didacticiel vous permet d’appliquer et de prendre en main ce que vous avez pu voir pendant cette petite heure. Vous découvrirez les personnages du jeu et prendrez les commandes d’une bonne partie d’entre eux (enfin au moins les potes de Batman). Avec 5 niveaux de difficultés et pas moins de 12 chapitres (environ 5H de jeu), 2 fins alternatives et la possibilité au début de certains combats de choisir entre 2 Héros étoffent ce mode de jeu qui occupe déjà un bon moment (mais on en veut toujours plus). Seul point perfectible : la seconde fin n’est accessible que si vous avez remporté les combats « multiples héros » avec les deux… Environ 120 minutes à refaire les mêmes choses, heureusement les cinématiques peuvent être passées. Une autre méthode aurait était peut être été préférable. Bref, rien de grave tout de même.

Autre mode et non des moindres, le Multivers, bien connu des fans et qui nourrit bien les scenarios (ou scenari) de la firme depuis un bon moment. En effet, grâce à « l’œil », une technologie inventée par Bruce Wayne elle permet à la ligue des justiciers de surveiller un nombre infini de monde parallèles. En gros, ce mode est juste un prétexte pour se taper dessus de façon désordonnée et sans aucun lien entre eux ou avec l’histoire. Vous passez d’une planète à une autre avec un certain nombre de missions et d’objectifs qui vous permettent de gagner des bonus et des loots supplémentaires, ce qui est d’ailleurs le but principale de ce mode, mais je reviendrai sur ce point.

Le niveau de difficulté est variable allant de la simple promenade de santé avec des ennemis assez faible, au pugilat où on se fait littéralement « défoncer » pour rester poli. De plus, différents obstacles viennent vous corser les choses, à vous mais également à votre adversaire, des boules qui tombent du ciel et qui vous figent quelques secondes, des boules qui vous balancent des lasers (dans le genre de celles de la salle d’entrainement de Végéta pour ceux qui connaissent), etc… Le multivers est vicieux et donne du fil à retordre !

Le mode Player VS Player est digne de ce nom ! Il nous permet de faire des parties en ligne mais aussi posé avec ses potes en hors ligne (en face à face quoi) histoire de régler vos comptes ou de jouer la gagne jusqu’à plus soif 😉

Ici, NetherRealm et Warner ne cachent pas du tout leur désir dese faire une place sur la scène de l’eSport. Le matchmaking et les serveurs ne souffrent d’aucun désagrément et tourne sans problème, il ne faut d’ailleurs pas longtemps pour trouver un adversaire. Pour les fans du Rage Quit, ben c’est simple c’est la défaite qui s’affiche, de quoi en refroidir quelque uns. Autre point fort, lors des mises à jour tous les modes ne sont pas bloqués en même temps. Vous pouvez jouer en ligne alors que le mode solo est en mise à jour est inversement.

Autre point fort connu est reconnu du studio NetherRealm, ce sont les graphismes, qui sont tout simplement magnifiques. Les 12 arènes sont détaillées avec un décor interactif qui s’anime derrière vous. On peut aussi sauter sur un mur pour balancer un coup de pied retourné, prendre un objet du décor pour le balancer sur la tronche de son ennemi et même balancer un coup tellement puissant qu’il vous fait traverser le décor pour passer dans une autre arène. Les explosions, les effets pyrotechniques et les attaques ultimes propres à chaque héros donnent du cœur et de l’intensité à ces affrontements épiques entre super héros/méchants.

Avec Injustice 2 ce n’est pas moins de 28 personnages qui composent le roster, allant des plus connus, Batman, Superman,… aux plus discrets, Firestorm (Legends of Tomorrow), Blue Beetle (Teen Titans) et d’autres. Ce mélange pourrait faire trop… Mais non ! Il y a la juste valeur pour ne pas s’ennuyer. Cela laisse le temps de tous les découvrir surtout leurs attaques spéciales qui sont toutes uniques et magnifiques. Seul point noir (qui s’immisce dans de plus en plus de jeux), les DLC payants pour avoir des perso comme par exemple Darkseid qui n’est disponible que si on a précommandé le jeu ou via le store. Injustice 2 ne déroge donc pas à ce nouveau mal qu’est le DLC payant.

Pour en revenir au loots, ici NetherRealm a mis le paquet et met à disposition des boites mères et des loots de fin de combats. Les boites mères contiennent suivant leurs qualités (bronze, argent, or, etc…) des pièces d’armures ou armes de différentes qualités pouvant équiper vos différents personnages. Vous pouvez équiper vos héros avec différentes pièces d’armures qui ne change que très peu le skin d’origine, mais qui ont chacune des statistiques (force, défense, capacité, etc) il existe même des sets complet d’armure. Chaque pièce d’armure nécessite un niveau de héro, donc si votre héro est très bas en niveau, il vous faudra le jouer pour pouvoir augmenter son niveau et donc pouvoir lui équiper la dite pièce. Beaucoup de temps et de sang seront versés pour avoir le meilleur équipement 😉

Avec Injustice 2 le studio Nord-Américain réitère donc le succès du premier opus et se permet même de faire mieux. Un scenario complet, un large choix de héros/vilains, des effets de lumières, des attaques dignes des films viennent donner un grand coup de fouet au joueurs qui en redemandent. Le jeu est complet à tous les niveaux et même si le mode histoire peut paraître un peu court, le multivers vient compléter et booster la chose. Du coup cela nous entraine dans de longues soirées (nuits) de combat bien rythmées. Les fans de Comics et de PVP seront assurément ravis et conquis par ce jeu. Bref, c’est top !

Note globale pour INJUSTICE 2 : 17/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Un scénario digne de la Ligue des Justiciers
  • 28 héros/vilains (+7 versions alternatives)
  • Un gameplay aussi accessible pour les compétiteurs que les casuals gamers.
  • Un Multivers varié et mis à jour
  • Un mode Pvp complet (local / en ligne)
  • Un début de RPG bien intégré
  • Une campagne solo un peu trop courte (5 heures)
  • Un système de Loot aléatoire (équipements, skins, capacités…)
  • Des micro-transactions pour acquérir certains héros (Darkseid…) mais bon c’est moins exagéré que dans SFV 😉

Disponible depuis le 18 mai, Injustice 2 est jouable sur PS4 et Xbox One. Pour ma part, j’ai testé la version PS4. On peut le chopper ici ou là par exemple.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel : https://www.injustice.com/fr

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire