[Test] 51 Worldwide Games sur Switch : in-dis-pen-sable !8 min read

C’est un peu surprenant qu’à l’orée de la nouvelle génération de consoles des deux mastodontes Sony et Microsoft, qui déploient actuellement des annonces à base de 4K, 120fps, SSD, Teraflops… Nintendo arrive avec un concept tout ce qu’il y a de plus basique où il est question de cartes, pions et plateaux de jeu. On pourrait presque se moquer et certains ne s’en sont pas privés (oui, oui, on vous a vu!) et pourtant  il ne faut pas oublier que dans jeu vidéo il y a « jeu ». Retour aux fondamentaux des joueurs et de la marque, car il ne faut pas oublier que Nintendo est une entreprise qui a débuté par la fabrication de jeux de cartes.

Qui n’a pas une de ces fameuses boites de jeu de société chez soi ? Celle où on retrouve les grands classiques comme les dames ou les petits chevaux, cette mallette que l’on sort souvent le week-end pour jouer à des jeux simples en famille ou entre amis.

C’est ce que nous propose Nintendo en exclusivité sur la Switch. Il ne s’agit pas d’un coup d’essai puisque qu’un jeu similaire sur la Nintendo DS a déjà fait ses preuves sur ce terrain : 42 jeux indémodables a essuyé les plâtres de la formule avec succès il y a bientôt 15 ans.

C’est ND Cube qui a développé cette suite sur la dernière née des consoles Nintendo.

Nous n’allons évidement pas nous attarder sur les explications des règles des jeux que vous connaissez tous, mais plutôt essayer de nous poser les bonnes questions sur l’intérêt d’un tel jeu sur console.

Avec 51 Worldwide Games sur Switch on évite la perte de jetons que l’on remplacera par un bouchon, une capsule, le dé que l’on cherche sous les meubles du salon avant que le chien ne l’avale tout rond (c’est du vécu !) Et cette fameuse notice égarée on ne sait où, ou bien source d’interprétation pas toujours fidèle et de débats sans fin, entre incompréhension et mauvaise foie (vécu aussi !). Ici, cette fameuse mallette de jeux, nous est livrée dans sa version XXL, il faut reconnaître que 51 jeux c’est une offre plutôt copieuse, variée qui permettra de satisfaire un public très hétérogène.

Les jeux sont de grands classiques internationaux, on y trouvera également des jeux que nous n’avons pas forcement l’habitude de pratiquer sous nos latitudes. Quiconque connaît l’histoire de Nintendo a forcement entendu parler du jeu de cartes hanafuda sans pour autant s’y être déjà essayé. C’est l’occasion de découvrir ce jeu, d’en apprendre les règles et d’en savoir un peu plus sur ses origines (et de recevoir un jeu au couleur de Mario, qui rappellera un fond d’écran 3DS d’anthologie).

Plus que les jeux en eux même, c’est l’écrin qui fait la différence et l’intérêt de cette compilation, il semble paradoxal de faire appel à la technologie en présence pour jouer aux petits chevaux ! Graphiquement le jeu brille par sa sobriété, les plateaux de jeux sont représentés de manière soignée et épurée, une petite musique composée de quelques notes donne le rythme sans pour autant provoquer l’agacement, c’est même presque relaxant.

La présentation des jeux est faite par une série de petits dialogues sommaires entre deux ou trois personnages (enfants et adultes) afin de nous rappeler les règles. Nous ne sommes pas devant un simple plateau de jeu, une aide est fournie sur tous les jeux :  conseils, stratégies, comptage des points assisté, proposition de variantes quand il en existe, choix de la difficulté, tutoriel pour maîtriser les jeux que nous ne connaissons pas, c’est très complet. Bien que l’on connaisse la plupart des jeux, de petites informations sont divulguées deci delà sur leurs histoires et leurs origines.

51 jeux, c’est conséquent et tant de choix peut faire tourner la tête. Là aussi, de bonnes idées ont été mises en place : au fur et à mesure de notre progression, des personnages apparaissent sur un globe terrestre,  nous proposant un éventail de quatre ou cinq jeux par thème : jeux sportifs, jeux de cartes, en solo, difficile à maîtriser, tactiles… Nous avons la possibilité d’inviter un de ces personnages sur le hub du jeu et de jouer avec sa sélection en choisissant notre jeu, ou de manière aléatoire.

Qui dit jeux de société dit multijoueurs et là aussi, la mise en œuvre est très bien pensée : les possibilités sont toutes au rendez-vous. Il est possible de jouer en ligne pour ceux qui possèdent l’abonnement, le jeu en local avec plusieurs consoles est aussi possible, une version gratuite (mais évidement bridée) est même disponible pour pouvoir profiter de cette fonctionnalité avec une personne ne possédant pas le jeu complet. Il est aussi possible de jouer à deux, en partagent les joy-con et jusqu’à 4 si on dispose de deux paires. Certains jeux ne seront pas accessibles dans ce mode (ceux dans lesquels il est nécessaire de cacher sa main).

Enfin, on a pas toujours un partenaire disponible, le jeu en solo est donc possible et encore une fois tout est très bien pensé : après la présentation sommaire du jeu, un petit challenge est proposé contre l’I.A. Une partie facile pour commencer, puis le niveau monte : difficile, expert et imbattable. Un jeton nous indique les jeux essayés, une coupe nous montre que nous avons réussi toutes les épreuves (bon courage avec les imbattables !).

Évidement, il y a aussi tout un panel de jeux se pratiquant seul (solitaire, majong solitaire…) sans objectif à la clef.

Certains jeux sont un peu éloignés de notre bonne vielle mallette de jeux, mais toujours dans le thème, essentiellement des jeux sportifs : mini foot, mini baseball, air hockey, mini curling, golf, billard ou encore le fameux bowling très proche de celui de la Wii. Quand on y joue aux joy-con, un mode tactile est également disponible, changeant l’expérience mais ne mettant pas les possesseurs de Switch lite à l’écart.

Cerise sur le gâteau, toutes les possibilités de la console sont utilisées. A l’instar de Mario party qui permettait de lier plusieurs consoles pour agrandir le terrain de jeu, la fonction est ici présente sur quelques jeux et sur le piano, petit bonus du jeu (une gamme est jouable, plus on ajoute de consoles et plus le clavier s’agrandit, en les disposant en carré le piano devient synthétiseur, les joy-con serviront de percussions pour accompagner le pianiste dans une joyeuse « cacaphonie » !?)

51 jeux t’aiment

Abreuvés de remakes HD, de remasters ou reeboots en tous genres, ces petits jeux viennent gratter la corde nostalgique des gamers que nous sommes et nous rappellent qu’on a tous commencé à jouer avec des dés ou des cartes avant d’approcher une manette ou un clavier.

Bien que l’idée face sourire certains, cette compilation est un bon investissement : un jeu au contenu survitaminé, accessible aux petits comme aux grands, jouable quelques minutes pendant une pause déjeuner, un trajet de bus ou pendant des heures, en oubliant la notion du temps. Il est même possible de sauvegarder en cours de jeu pour reprendre plus tard si la partie s’éternise.

Il n’est pas rare des croiser ce type de jeu individuellement sur les stores de nos consoles, dames ou échecs existent dans de multiples versions chez de petits éditeurs et c’est un peu la loterie en terme de qualité. Mis bout à bout, l’achat de plusieurs softs de ce type peut vite atteindre ou dépasser le prix de la compilation Nintendo, sans forcement offrir la même constance qualitative, en terme, de présentation, gameplay, mode de jeu, I.A. et contenu.

Malgré sa sobriété le jeu est un peu une demo technique de la Switch, pas sur le plan graphique mais sur les possibilités de la console : motion gaming, tactile, réseau, mode mosaïque (multi-écrans).

Sans vouloir faire de jeu de mot, il faut bien reconnaître que c’est une réussite 🙂

Ma note globale pour 51 Worldwilde Games : 18/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • La présentation sobre et soignée
  • Les règles expliquées clairement et succinctement
  • Les informations sur l’origine/histoire des jeux
  • Le contenu varié et conséquent
  • Les modes de jeux nombreux
  • Les sélections par thèmes
  • L’I.A. bien exploitée
  • Les mini jeux sportifs défouloirs
  • Le bon aperçu des possibilités de la console
  • Une version gratuite (limitée) disponible pour jouer à plusieurs consoles entre amis
  • Certains jeux moyennement jouables (le billard ou le golf par exemple)
  • Quelques jeux manquent de profondeur (texas hold’em)
  • L’absence du jeu de l’oie et de la Bataille navale

 

 

 

 On termine avec une vidéo de 51 Worldwide Games sur Switch.

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel ici.

51 Worldwide Games est une exclusivité Switch que vous pourrez trouver en boite ici ou en digital ici (pratique pour toujours l’avoir sur sa console).

@gouaig

gouaig_admin

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo (récent et rétro). J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, vidéos... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Mail : Contact@gouaig.fr Twitter @Gouaig Instagram @Gouaig

Une pensée sur “[Test] 51 Worldwide Games sur Switch : in-dis-pen-sable !

Laisser un commentaire