[Test] The Elder Scrolls Online : Morrowind – Un elixir de jouvence ?

The Elder Scrolls Online (ou TESO pour les intimes) a su propulser la licence dans l’ère du MMORPG,  depuis 1994 . Ce fut un lancement réussi pour un univers qui, à première vue, pouvait paraître difficilement adaptable à ce format. On peut retrouver rapidement toutes les sensations des opus précédents avec toutes les libertés qui leur étaient inhérentes. Vous voulez jouer un mage en armure lourde et muni d’une épée longue, ou encore un assassin en tenue légère et bâton ? Rien n’est impossible grâce à un système ingénieux de compétences passives et actives uniques pour chaque arme, armure, race, métier ou guilde. Vous pourrez ainsi trouver une synergie propre à votre gameplay pour parcourir le monde de Tamriel qui prend place au début de la chronologie de l’univers. Le jeu se présente autour d’une quête principale servant de fil conducteur pour le joueur, mais rien ne vous oblige à vous précipiter. De très nombreuses quêtes très travaillées se montreront à vous pour enrichir votre expérience, à mort les tueries de monstres pour récolter des peaux, ici vous aurez droit à une aventure unique privilégiant l’histoire.

Un univers féérique et imposant

Après la mise à jour Tamriel Unlimited, Bethesda nous offre une première extension, Morrowind, ouvrant les terres de la magnifique île de Vvardenfell. Les plus anciens peuvent se souvenir de cette zone que l’on pouvait découvrir dans le troisième opus des The Elder Scrolls. C’est un excellent hommage pour une grande partie des fans de la licence pour qui ce jeu fut le premier pas dans cette série de RPG. TESO se passant avant tous les autres jeux, on observe une île un peu différente. La capitale de Vivec est encore en construction, ses ziggourats n’étant pas toutes sorties de l’eau. Ce qui n’enlève rien a la beauté de cette ville dans l’ombre d’un météore.

Le dieu vivant Vivec protège toujours la cité de cette menace et du mont écarlate, le volcan au nord de l’île hébergeant le dieu maléfique Dagoth Ur. C’est avec plaisir et nostalgie que l’on débarque après la création de personnages dans la ville de Seyda Neen passage obligé pour être autorisé a séjourné en Vvardenfell. Les premières minutes sont un clin d’œil non dissimulé au début de TES 3. On peut rapidement voir en arrière-plan l’oppression constante exercée par le Mont écarlate si majestueux et imposant, les Netchs accueillent les voyageurs de leurs flottements nonchalants et les champignons géants façonnent l’horizon. La zone se visite sans chargement à l’exception de quelques grands donjons, mais on excuse ces temps d’attentes nous laissant admirer de superbes écrans reprenant des paysages marquants de l’île de Vvardenfell.

Une trame principale palpitante

À votre arrivée, vous serez rapidement amené à rencontrer le seigneur Vivec qui vous demandera de l’aider contre un ancien ennemi. Le Dieu vivant est en proie à un mal qui ronge ses pouvoirs, menaçant de rompre la protection qu’il exerce sur l’île. Impossible de refuser la requête d’un dieu, aussi vous serez amené à visiter de nombreux lieux pour comprendre comment empêcher la chute d’une divinité. De Balmora aux cités Dwemers, vous devrez trouver le moyen de lutter à armes égales contre cette menace, aidé par une Cendraise, championne de la déesse Azura. Des zones mythiques s’ouvriront comme la légendaire cité mécanique, création du dieu Sotha Sil. La quête est véritablement bien intégrée dans l’univers de la série et sait se rendre palpitante. On nous offre ainsi une aventure de quelques heures avec des combats de boss dynamiques et parfois même complexes pour les joueurs débutants.

De nouveaux donjons tentaculaires

Bethesda présente de nouveaux donjons qui prennent place dans les villes Dwemers, grottes ou mines. À travers les environnements tantôt magiques des cavernes, tantôt infernaux des ruines à flanc de volcan, on pénètre dans les donjons très souvent par un point de vue surélevé pour nous exposé la magnificence des lieux. Sans conteste, c’est sans aucun complexe que l’on se met à admirer ces panoramas à couper le souffle. Les boss dans les tréfonds de ces structures s’acclimatent parfaitement à ces lieux et à leurs spécificités avec des attaques et schémas rappelant, pour les plus profanes, des combats de précédents jeux de la licence. Pour les loots, on est rapidement content d’avoir arpenté les couloirs des donjons pour obtenir une pièce des nouveaux équipements de l’extension. Ceux-ci sont extrêmement intéressants de par les bonus de set complet et leur design.

Du 4 vs 4 vs 4 qui peut rendre fou

Ici, on fait place à un nouveau mode de jeu extrêmement intéressant même pour un inapte au PVP comme moi 😉 Les arènes sont vraiment belles et permettent des stratégies très différentes selon son équipe. Malgré mon aversion pour le PVP dans les MMORPG, j’ai pris du plaisir à essayer ce nouveau mode. Les panoplies dédiées sont des plus attrayantes même s’il faut être un très gros consommateur de PVP pour les acquérir. Je vous conseille vraiment de tester ce mode pour au minimum admirer les arènes et peut-être tomber amoureux de ce mode.

Le druide : le couteau suisse de TESO

Une nouvelle classe enfin ! Après quatre années d’existence, TESO propose un nouveau perso : le druide. On parle ici d’un archétype terriblement polyvalent avec trois spécialisations : compagnon animal axé DPS, étreinte hivernale axée « buff » et « équilibre vert » axée « heal ». Accompagné de votre fidèle ours, vous terrasserez les monstres sans trop de difficulté. Votre glace rendra vos alliés plus durs que l’acier et vos plantes prendront soin d’apaiser les plaies de vos compagnons. C’est une classe très bien équilibrée offrant un gameplay très varié répondant au joueur qui préfère fracasser des crânes à coup de massue que les mages aguerris que ne sauraient salir leurs belles robes du sang de leurs ennemis.

De petits ajouts charmants pour la personnalisation

Comme chaque extension, en plus des gros ajouts, on nous offre une myriade d’objets en tout genre. On voit ainsi de nombreuses nouvelles demeures au style particulier de l’île. On commence rapidement avec une petite chambre d’hôtel pour débuter son implantation en Morrowind. Avec ceci, nous avons notre lot de meubles pour rester aux couleurs de cette nouvelle zone. D’autres objets de style pour le personnage sont accessibles pour ressembler un peu plus à un indigène.

L’extension de TESO : Morrowind se présente comme une redécouverte de cette terre que les plus anciens sauront apprécier ou comme une magnifique initiation empreinte de magie. Les lieux sont merveilleusement bien reconstruits avec un souci du détail historique (la capitale de Vivec est toujours en construction). Malgré des graphismes en deçà de jeux PS4 ou d’autres MMORPG sur PC, l’univers est si bien construit que l’on oublie rapidement ce détail. On retrouve des figures marquantes de la série comme le dieu vivant Vivec ou la déesse du crépuscule Azura. Les quêtes s’intègrent dans la chronologie du monde des The Elders Scroll, nous faisant vivre des aventures lues dans différents opus de la série. Le druide est un excellent ajout très agréable à jouer et qui prend place facilement dans n’importe quelle équipe. Sa polyvalence le rend essentiel pour une équipe en donjon ou en arène. J’ai évité ce MMORPG pendant longtemps de peur d’être déçu de l’adaptation, mais je peux sans hésiter dire que c’était une erreur. Cette extension me prouve le potentiel de ce jeu qui sait mettre en avant l’histoire très prenante de l’univers des The Elders Scrolls. Que ce soit pour les adeptes de la licence que pour les novices, c’est vraiment un jeu à essayer et Morrowind est une terre qui saura vous charmer.

Note globale d’Elder Scroll Online Morrowind : 16/20

J’ai aimé

J’ai moins aimé

  • Paysages magnifiques
  • Quête principale passionnante
  • Durée de vie
  • Bande-son enchanteresse
  • Réadaptation réussie de Morrowind
  • Nouvelle classe très accessible
  • Environnement évolutif avec l’histoire
  • Abonnement pas obligatoire (Buy to play)
  • Quelques soucis de traduction (corrigé d’ici peu)
  • Moins de lieux que le jeu original
  • Rare problème de collision

Si vous souhaitez en savoir plus sur The Elder Scrolls Online Morrowind (dispo sur PC, PS4 et Xbox One), faites un tour sur le site officiel :

www.elderscrollsonline.com/fr/morrowind

Pour finir voici la bande annonce de lancement :

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Une pensée sur “[Test] The Elder Scrolls Online : Morrowind – Un elixir de jouvence ?

Laisser un commentaire