[Test] Xenon Racer : Le drift ou la vie !

Les jeux de courses orientés arcade sont très rares de nos jours… Du temps des 32 bits, c’était monnaie courante… Ridge Racer, Sega Rally, Virtua Racing, Daytona USA pour ne citer qu’un… Mais un certain Gran Turismo a changé la donne… Maintenant, on vise la réalité, les sensations de conduites plus poussées, les mondes ouverts… ou d’autres misent sur les licences existantes sans prendre de risques.

Les développeurs de chez 3Dclouds.it ont décidé de relever le défi afin de nous offrir Xenon Racer. Jeu de course pas si futuriste que ça, car il se passe dans les années 2030. La fédération organisatrice des courses a décidé de stopper temporairement leur championnat afin de faciliter la transition vers les nouveaux véhicules à lévitation magnétique. Mais cela n’a pas empêché les constructeurs de proposer leur propre championnat afin de la tradition prospère et aussi de démontrer que la technologie associée aux nouvelles énergies, peut donner une symbiose spectaculaire en terme de conduite. Le Xenon Racing Championship peut enfin commencer !

 ERS, Kezako ?

Les voitures, grâce à un moteur hybride répondant au nom de Xenon : mi électrique, mi gaz sont équipés d’une particularité : le système ERS. Il s’agit d’une sorte de condensateur qui récupère l’énergie dû au changement de masse et permet l’injection de cette dernière dans le moteur de la voiture. Autrement dit, plus votre voiture part en dérapage, plus votre voiture emmagasine de l’énergie et plus vous pourrez utiliser de boost. 

Un système dérivé d’un jeu de kart d’un certain plombier. Petite leçon pour les incultes : Depuis Mario Kart 64, quand vous dérapiez, il était possible d’obtenir un boost temporaire en sortie de drift.

Drift for nothing !

Vous allez donc partir à la conquête du titre et affronter les meilleurs pilotes sur des circuits placés aux 4 coins du monde. Que ce soit à Tokyo, Dubaï, Miami ou la Côte d’Azur, à vous les circuits endiablés remplis de virages sinueux et d’épingles à cheveux. Oubliez la conduite pépère avec des voitures qui accrochent au bitume afin de prendre les virages avec légèreté.

Pour gagner, il faudra sortir le meilleur de vous-même ! l’ERS ainsi que la maitrise de votre véhicule seront vos principaux atouts. Pour recharger vos bonbonnes, 2 manières possibles : Passer sur les zones de recharges parsemés sur le circuit ou de partir en drift dans les virages. A vous de les utiliser dans les moments cruciaux… 

Car vos adversaires ne vous feront pas de cadeaux et n’hésiteront pas à vous bloquer la route ou vous envoyer dans le décor pour être sûr d’atteindre la pole position. Votre conduite devra donc être irréprochable, car la moindre rencontre avec un obstacle endommagera votre véhicule. Si la jauge des dégâts atteint 0, votre véhicule sera replacé au centre de la piste et un handicap de plusieurs secondes vous sera attribué ouvrant ainsi une occasion à vos rivaux.

We are the drift Champion!

L’ascension pour être au top du classement du championnat ne sera pas chose aisée. Ce dernier est découpé en plusieurs partis et représenté par une arborescence à ascension multiples dans lequel vous devrez participer à différentes épreuves (course classique, contre la montre…).

En plus du mode championnat et du mode training, vous aurez la possibilité d’affronter d’autres joueurs en ligne ou tout simplement en local à 2 joueurs, via un écran splitté 

Entre chaque partie du championnat, retour au garage où vous allez pouvoir profiter des nouvelles voitures ou équipements que vous allez débloquer grâce à vos victoires. Vous aurez aussi la possibilité de customiser votre véhicule. Une fois que vous avez habiller la voiture de vos rêves, vous pourrez profiter du mode photo afin de l’admirer dans tous les sens.

Eye of the drift

Le titre étant orienté arcade, il propose des graphismes aux couleurs vifs avec un environnement urbain futuriste dense, varié et détaillés. Au Japon, vous pourrez croiser des panneaux publicitaires géants, la tour de Tokyo, le château de l’empereur et même un mécha qui rappellera le Gundam d’Odaiba. A Miami et Dubaï, les hôtels de luxe et la plage égayeront votre parcours et si vous en avez marre de tous ces buildings, le circuit canadien vous accueillera dans un environnement plus verdoyant. Quelques effets apporteront un peu plus de réalisme au titre tel que les reflets ou les étincelles quand votre véhicule se frotte aux rails de sécurité. 

Par contre sur les parcours de nuit ou durant le coucher du soleil, vous allez avoir une espèce de filtre qui floute le décor. Un peu dérangeant mais on s’y fait vite. Sinon c’est fluide et l’impression de vitesse est bien restitué. Ce qui n’est pas le cas de la version Switch…

La bande-son est orienté techno/dubstep. Malgré le fait que j’apprécie le genre, je n’ai pas eu de titre qui m’a accroché à l’instar des musiques de Ridge Racer qui trotte encore dans ma tête (Rotterdam Nation FTW !). Néanmoins ça colle parfaitement à l’ambiance que dégage le titre.

Pour la maniabilité, la voiture répond au quart de tour et une fois qu’on a compris comment faire déraper la voiture, vous devriez pouvoir passer les épingles à cheveux sans trop de difficultés…. 

Si seulement l’IA n’était pas aussi cheaté… Vos adversaires ne vous montreront aucun moment de répits, même en mode Facile. Au moindre accident, vous pouvez dire adieu à la première place. Anecdote perso : J’avais beau utilisé le boost en continue, impossible de rattraper le moindre concurrent. Je n’ai pas compris si c’était un bug de la version PS4 ou si c’est moi et mes réflexes de poulpes… Mais la difficulté risque de frustrer beaucoup de monde.

Conclusion

Me suis-je éclaté sur Xenon Racer ? J’ai un avis mitigé sur le titre. Soit, il est plutôt beau, les circuits même s’ils sont répétitifs sont sympas, les contrôles sont bons… Mais cette difficulté m’a fait rager… J’accepte d’avoir du mal sur une simulation car il faut passer un moment pour appréhender la voiture, mais ce n’est pas quelque chose que je recherche sur de l’arcade… J’attends une prise en main rapide. Mais si vous ne maitrisez pas le drift, vous pouvez dire adieu à votre première place. Et oubliez la version Switch dont l’optimisation a été laissée aux oubliettes…

 Ma note globale pour Xenon Racer (testé sur PS4) : 12/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Bonne réalisation dans l’ensemble
  • Le côté arcade
  • Difficulté abusée
  • Version Switch à l’abandon

 Merci à @Uni_KennY pour son avis détaillé.

On termine avec une vidéo de Xenon Racer :

Xenon Racer est disponible sur Switch, PS4 et Xbox One et on peut le trouver pas trop cher ici par exemple.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel de Xenon Racer.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire