[Test] Toe Jam & Earl : Back in the Groove – Retour Funky ?

«Je vous parle d’un temps, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître»

S’il y a bien un jeu que l’on peut qualifier d’OVNI c’est bien Toe Jam & Earl qui est sorti en 1991 sur Megadrive ! Je vous fais un petit «3615 My Life», rapide, pour vous parler du boutonneux de 15 ans qui avait farmé ses étrennes pour s’offrir la console à l’époque et qui avait préféré prendre la console nue avec ce jeu totalement déjanté plutôt que le bundle Altered Beast. Et bien sachez qu’il n’a jamais regretté ! Alors, imaginez ma joie, quand j’ai vu émerger un reboot de ce jeu culte, pour moi et finalement pour beaucoup plus de monde que je ne l’aurais imaginé.

Développé et édité par Human Nature Studio je vais donc vous parler de Toe Jam et Earl : Back in the Groove disponible sur PC, PS4, Xbox One et Switch depuis le 1er mars 2019. Le reboot s’appuie sur le premier jeu de la série qui en a connu trois avant celui ci, on y retrouvera quelques éléments du deuxième jeu Megadrive et des personnages introduits dans le troisième épisode sur Xbox.

«La basse, dans ta face»

Toe Jam & Earl sont deux extra-terrestres de la planète Funkotron, avec un look à mi chemin entre Laurel & Hardi et Chuck D & Flavor Flav, ils ont le groove et aiment le gros son.

Au cours d’un voyage en bonne compagnie, Toe Jam demande à Earl de mettre le son à fond en arrivant à proximité de la Terre pour impressionner la belle Lewanda, tout se passe bien jusqu’à ce que Earl se trompe de bouton et appui sur le générateur de trou noir, la Terre et le vaisseau sont aspirés et notre planète se retrouve reconstituée comme un mille feuilles. A chaque étage on trouve un ascenseur permettant de se rendre au niveau supérieur, le vaisseau est en miettes, il faut retrouver les dix morceaux pour le réparer et retourner sur Funkotron. C’est reparti pour un tour, comme au bon vieux temps, nous allons remonter les étages sur un air funky.

Graphiquement le jeu affiche une DA avec un esprit bande dessinée, une vue de type 3D isométrique telle que celle utilisée sur Megadrive à l’époque.

«La vie, c’est comme une boite de chocolat : on ne sait jamais sur quoi on va tomber»

Le principe est simple : il faut trouver l’ascenseur, on dispose d’une carte qui est masquée, à mesure que l’on découvre la carte et que l’on ouvre des cadeaux on gagne des XP, chaque personnage a des aptitudes et statistiques qui lui sont propres et des cadeaux de départ. Quand une pièce de vaisseau est présente dans le niveau elle est indiquée en haut de l’écran.

Le premier niveau est entouré d’eau mais les suivants sont dans les airs et si on s’approche trop près du bord on tombe. Des petites corniches peuvent aussi apparaître pour nous permettre l’accès à certaines parcelles… ou pas ! Au chapitre des nouveautés on trouvera des niveaux enneigés et même nocturnes.

Les cadeaux sont générés aléatoirement, Quel que soit le mode de jeu, qui dit cadeaux dit surprises, elle peut-être bonne comme mauvaise et pas moyen de les revendre sur internet! Quand un cadeau a été ouvert il est identifié jusqu’à la fin de la partie, le sage en costume de carotte peut les identifier contre 2$, c’est aussi lui qui nous fait progresser en échange de nos XP, il est toujours bon de l’avoir à l’œil. Certains cadeaux sont amplifiés, d’autres sont cassés et même si nous savons ce qu’ils contiennent ils peuvent nous exploser au visage en les ouvrant (Schtroumpf farceur !!!) nous avons la possibilité de les réparer avec d’autres cadeaux dont c’est la fonction ou en payant le PNJ approprié.

Il existe toutes sortes de PNJ qui peuvent nous aider : Gandhi nous protège, la chanteuse d’opéra fait office de garde du corps… mais il y en a d’autres qui ne nous veulent pas de bien : le gars qui passe la tondeuse, le flic en gyropode, la fille aux selfies… tous plus loufoques les uns que les autres. Pour se refaire une santé en cas de pépins il faut manger, mais attention de ne pas consommer de la nourriture périmée qui aura l’effet inverse.

Deux mini jeux issus du deuxième opus Megadrive sont présents : un jeu de rythme et la zone hyper funk qui s’apparente à un runner. On les trouve à tous les étages, en parlant à un PNJ pour le premier et le deuxième apparaît aléatoirement ou «pop» grâce au parcmètres.

Plusieurs modes de jeu sont disponibles : facile (avec didacticiel), fixe (les niveaux s’enchaînent toujours dans le même ordre), aléatoire et aléatoire difficile.

Dans cette nouvelle mouture, on a la possibilité de jouer à 2 en local et jusqu’à 4 en ligne. On peut rejoindre une partie en cours ou en créer une nouvelle, ouverte au public ou seulement à nos amis. Une petite roue proposant des dialogues permet d’interagir avec ses coéquipiers.

La prise en main est vraiment facile, le plus compliqué est de tirer sur les ennemis quand on en a la possibilité (ce qui reste assez rare) car la disposition ne facilite pas cette tache, mais tout comme pour la lenteur des personnages c’est un parti pris. Les niveaux sont brassés aléatoirement mais au bout d’un moment on finira par les connaître et l’effet de surprise risque de disparaître à la longue…

C’est le même et c’est un mème !

Fidèle à l’original, tant par sa DA que par sa jouabilité Toe Jam & Earl : Back in the Groove est un reboot plus que réussi, certains le trouveront lent, mais c’est le principe même du jeu qui veut ça, les cadeaux et les niveaux générés aléatoirement mettent une dose de piment et chaque partie est différente. Il n’y a pas de place pour la stratégie, le facteur chance est omniprésent, les clins d’œils geek sont à tous les étages, c’est une belle cacophonie délirante rythmée par les prouts des personnages, une bonne tranche de rigolade !

Résolument multijoueur le jeu perd un peu d’intérêt en solo, plus qu’accessible, coloré et tout public c’est parfait pour les week-end pluvieux en famille ou les soirées entre amis. C’est aussi un jeu qui emballera certains quand d’autres ne voudront même pas en entendre parler !

Ma note globale pour Toe Jam & Earl : Back in the Groove :

16/20

note Toe Jam & Earl Back in the Groove - Gouaig 

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • La fidélité au premier jeu
  • La DA Bande Dessinée
  • La musique funky
  • L’humour potache et les références geek
  • La co-op
  • Limites perceptibles
  • Quelques bugs à corriger

Merci à @aure_pam pour son avis détaillé 

On termine avec une vidéo de Toe Jam & Earl : Back in the Groove (montez le son !)

ToeJam & Earl: Back in the Groove est dispo sur PS4, Xbox One, PC et Switch. On a l’embarras du choix ! Compter entre 17 et 20€ en fonction de votre plateforme préférée 😉

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire