[Test] Tennis World Tour : Jeu, set et match ou double fautes ?

Arrivé de concert avec notre célèbre tournoi international, j’ai nommé Roland Garros, Tennis World Tour bénéficie d’un alignement de planètes favorable comme dirait Madame Soleil, mais va-t-il décrocher la lune ?

Le premier lancement est un peu douloureux : arrivé sur l’écran d’accueil, un mode en ligne est prévu mais malheureusement non disponible pour l’instant, mes derniers échanges de balles remontant à Virtua Tennis 3 ça ne me dérange pas énormément, j’ai besoin de me refaire la main, mais pour les amateurs de ce type de jeu c’est un point qui risque d’engendrer la frustration, espérons que ce mode arrive rapidement.

Pour patienter il faudra donc écumer les autres modes disponibles :

L’académie de tennis est un grand tuto composé d’une douzaine d’exercices qui consistent à renvoyer les balles lancées par un automate et d’atteindre des cibles sur le terrain affin de travailler divers aspects du jeu (puissance, précision, agilité…) une douzaine de défis se débloquent après la réussite des exercices.

un mode exhibition où il est possible de faire un match simple, on peut choisir la longueur du match qui pourra s’étendre d’un tie break à un match en cinq sets, il est également possible de créer un tournoi de trois à cinq tours et quatre modes de difficulté sont disponibles : amateur, espoir, professionnel et légende, mais vous avez aussi la possibilité d’affronter un deuxième joueur, par contre il n’est pas possible de jouer en double !

le mode carrière est le dernier mode disponible et c’est ce qui va concentrer l’intérêt du joueur.

Il faudra commencer par créer un personnage, ce qui ne prendra pas trop de temps puisque le choix est très limité, dix apparences masculines ou féminines sont disponibles sans la possibilité de modifier les traits de son personnage. La seule option disponible est un corps athlétique ou musclé et on doit regarder de près pour bien voir la différence.

La carrière peut donc commencer ! Trois options sont possibles et ne concernent que le type des matchs : « Challenger » et « Professionnel » proposent des matchs courts avec possibilité de les refaire dans la première option mais pas dans la deuxième et « Réaliste ». Cette dernière propose des matchs plus longs sans possibilité de les rejouer et sans interface d’aide.

Notre tennis man ou tennis woman va donc avancer tout au long de l’année et chaque mois plusieurs activités lui sont proposées : tournois, matchs d’exhibition, entraînements, repos ou vacances.

Ce dernier point est plutôt bien pensé, il faut gagner des XP en faisant des activités pour prendre du grade mais aussi surveiller une barre qui nous indique l’état de fatigue du joueur, si il est trop fatigué il perd de l’endurance plus vite pendant les matchs.

Au fil des mois nous rencontrerons entraîneurs et agents avec qui nous pouvons conclure un contrat pour qu’ils nous accompagnent, ce qui aura un effet passif sur notre comportement octroyant un bonus d’aptitude.

Jouer un tournoi permet de gagner de l’argent , pour s’offrir de nouveaux équipements et des points d’aptitude que nous pourrons placer sur un « triangle de compétence » pour renforcer l’attaque, la défense et le service + la volée.

Bon dernier il faudra remonter tout le classement, et avant de croiser les champions du casting on affrontera des joueurs génériques à bases des dix modèles de départ donc on rencontrera son clone régulièrement ou on affrontera parfois le même personnage deux fois de suite avec un nom et une nationalité différente, c’est assez risible. Au même chapitre du comique : les commentaires de Guy Forget qui tournent en boucle avec un éventail de répliques large comme un timbre poste sont souvent out, c’est sûrement ce qu’on appelle la « perfection tennistique » !

On prendra aussi soin de désactiver les animations entre les points parce que c’est vite agaçant (si si !) malheureusement, il faudra malgré tout subir une animation de service à chaque fois.

Au niveau de la jouabilité Tennis World Tour est accessible, facile à prendre en main, intuitif, on trouve facilement ses marques.

Il y a de bonnes idées : il faut charger sa frappe pour lui donner de la puissance donc tout se joue sur le placement et le timing. Une fois le coup envoyé on peut lui donner une direction. Si le coup est trop chargé on perd en puissance et en précision, par contre on a un indicateur pour le coup, mais aucun pour la direction, donc on y va un peu à l’aveugle avec la crainte de mettre la balle dehors. Malgré les entraînements de l’académie de tennis il manque à mon avis un curseur pour peut être mieux doser afin de gagner en finesse et en stratégie.

Le joueur dispose aussi d’une barre d’endurance qui diminue plus les échanges sont longs, ou si on abuse de la touche pour sprinter. Votre état de fatigue dans le mode carrière a une influence sur cette jauge, ça apporte un peu de réalisme, en tout cas en théorie car la gestion de cette barre est assez aléatoire.

En progressant dans le mode carrière on débloque jusqu’à cinq emplacements pour des habilités permanentes ou temporaires qui viendront alors vous soutenir à des moments clés du match (service, balle de match …) encore une idée séduisante, mais en pratique moyennement convaincante.

Malgré toute cette bonne volonté les échanges sont un peu mous, comme si on avait enclenché le limiteur de vitesse, le jeu manque de punch, on n’arrive pas rentrer dans des phases d’accélération et le plus triste c’est que quel que soit le terrain, balle et joueur se comportent toujours de la même façon.

Une affaire de mise à jour : Un premier patch est sorti le 7 juin dernier apportant quelques améliorations notamment sur la raquette qui renvoyait la balle sans la frapper. La jauge d’endurance fondait en un clin d’œil, là aussi c’est mieux géré. Le jeu distribue moins de mauvais coups (lift à la place de coup droit) mais ça arrive encore, tout comme le joueur qui se stoppe et loupe une balle complètement jouable. Les amortis de l’adversaire sont maintenant jouables alors qu’avant on s’écrasait lamentablement à chaque fois. Ca s’améliore, mais ça reste aléatoire.

En conclusion, Tennis World Tour ne passe pas le filet : l’absence de mode en ligne laisse penser que le jeu a été précipité pour sortir entre Rolland Garros et Wimbledon, la jouabilité en a aussi souffert, graphiquement pas convainquant et avec une jouabilité bancale, il n’est pas injouable, certains échanges sont plaisants mais il a des allures de version bêta, les puristes du genre n’y trouveront certainement pas leur compte. Quelques idées sont pourtant séduisantes mais leurs mise en œuvre n’est pas convaincante. Un premier correctif étant arrivé sur PS4 15 jours après la sortie du titre, il faudra compter sur la bonne volonté des développeurs pour améliorer au maximum le jeu d’ici la sortie du mode en ligne.

Ma note globale pour Tennis World Tour : 10/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Enfin un jeu de tennis ! Y a pas assez depuis la série des Virtua tennis.
  • Le système de jeu
  • La prise en main
  • Gestion de la barre de fatigue
  • Des mises à jour arrivent !
  • Les problèmes de jouabilité
  • Le jeu en double, absent
  • Devoir s’en remettre à l’arrivée de patchs pour combler les défauts
  • Sorti trop vite ?

Merci à @aure_pam pour son avis illustré.

Tennis World Tour est un jeu édité par Bigben interactive et réalisé par Breakpoint, sorti le 22 mai 2018 sur PS4 et Xbox One, il est disponible depuis peu (le 12 juin) sur PC et arrive sur Switch le 19 juin. Pour ce test c’est la version PS4 que j’ai utilisé mais toutes les versions se valent à mon avis.

Si vous êtes un fan de tennis, vous pouvez chopper Tennis World Tour ici pour pas trop cher. Dans un tout autre style j’ai hâte d’essayer Mario Tennis Ace qui s’annonce bien moins réaliste mais peut-être plus fun. A voir.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire