[Test] Our World Is Ended – “This is only a game”

Décidément, cette année 2019 regorge de sorties originales en matière de visual novel. Après le magnifique « Stein’s Gate Elite », le courageux « Song of Memories », nos amis de chez PQube décident de nous offrir une belle exclusivité en Europe sur consoles PS4 et Switch. Exclusivité oui …. Et non, car le titre dont je vais vous parler est sorti sur PSVita fin 2017 mais les versions PS4/Switch ne sont arrivées que fin février 2019 au Japon et la sortie européenne est prévue pour le 18 Avril. Même pas 2 mois pour la localisation occidentale pour un roman visuel, on aimerait en avoir plus comme ça !

Et ça raconte quoi ?!

Développé par Wizard Soft & Red Entertainement Corporation et publié par PQube, « Our world is ended » nous raconte l’histoire du studio Judgment 7, spécialisé dans le développement de jeux sur mobiles à qui il va arriver bien des aventures…

Mais encore….

Votre protagoniste s’appelle Reiji Gozen, assistant de direction à mi-temps et dernière recrue du studio. Accompagné de la lycéenne Yuno Hayase, (Assistante à mi-temps et possédant de sérieux atouts mammaires), il déambule dans les rues du quartier d’Asakusa à Tokyo paré d’un étrange casque sur la tête. Il s’agit du dernier dispositif développé par le leader du studio, Sekai Owari, programmateur de génie mais pervers dans l’âme : Les New World Goggles (NWG)

Cet appareil qui n’est autre qu’un casque de réalité augmentée permet à Reiji de tester le programme W.O.R.L.D. : Futur moteur du prochain jeu développé par le studio : Il permet notamment l’application de textures en temps réel sur n’importe quel objet. D’ailleurs Sekai n’hésitera pas à faire partager « sa vision des choses » à Reiji en manipulant à distance les textures.

Malheureusement durant les tests, le studio perd la connexion avec le casque et le programme bogue. Reiji se retrouve alors propulsé dans un Asakusa complètement délabré. Ces amis sont crucifiés au mur d’un immeuble. Une jeune fille s’approche de lui et lui annonce que « cela » va bientôt commencer. Reiji est alors ramené à la réalité par la douce voix de Yuno.

De retour au studio, il fait part de son expérience à Sekai. Ce dernier décide de réunir tous les membres du studio pour une annonce importante : Iruka N°2, ami de Sekai et scénariste au look extravagant qui ne quitte jamais ses lunettes de soleil. Yuuji Natsumi, illustratrice gothique au tempérament solitaire se faisant appeler « l’ange noir du chaos ». Hayase Asano, sound designer : N’hésite pas à frapper tous ceux qui oseront comparer sa petite poitrine à celle de sa petite sœur Yuno et enfin Tatiana Alexandrovna Sharapova, programmeuse de génie âgée de 12 ans. Elle travaille avec son père qui  directeur de l’institut de recherche physique et chimique d’Hokuren.

Sekai annonce en grande pompe le titre du futur jeu sur lequel il travaille. Il sera révolutionnaire car il utilisera un casque de réalité augmentée et permettra d’offrir de nouvelles perspectives de gameplay. Pour convaincre son équipe, il décide de procéder à une démo. Tous équipés de leur NWG, le programme démarre. Sekai transforme alors leur salle de réunion en donjon en manipulant les textures. Mais au moment d’invoquer un PNJ, le jeu bogue de la même manière que durant le test grandeur nature de Reiji. La réunion s’achève et chacun décide de rentrer.

Reiji arrive au niveau de la gare, mais à peine traverse-t-il la rue, qu’il se retrouve téléporter à l’opposé du quartier d’Asakusa. Il retente maintes et maintes fois d’atteindre la station, sans succès. Il retourne alors au studio où il retrouve toute l’équipe, tous victimes de phénomènes étranges.

Ils se rendent sur place pour être témoin du phénomène dont Reiji a été victime. Les rues d’Asakusa normalement bondés sont désertes. Une personne alors apparaît. Sekai la reconnaît grâce à ses formes voluptueuses, il s’agit de Erorie Nyuunyuu, un PNJ utilisé dans un de leur ancien jeu. Ils comprennent alors qu’ils sont pris au piège dans un univers mélangeant réalité et fiction…. (Fin du résumé)

Je m’arrête là et profites pour rassurer le lecteur : Nous ne sommes pas devant un énième isekai. Le titre va mêler réalité et science-fiction via des technologies existantes. On retrouvera beaucoup de phases de tranches de vie afin d’en connaitre un peu plus sur nos héros. Malgré certains passages très sérieux, l’humour à connotations érotiques sera omniprésent (Merci Sekai) ; entraînant des situations plus cocasses les unes que les autres. Ne vous inquiétez pas pour les personnes allergiques, le délire est uniquement textuel.

Des news dans le gameplay ?

Une nouveauté s’invite dans le système de sélection des choix : le « Selection of Soul » aka S.O.S. Au moment de phases critiques, Reiji devra prendre une décision rapide. Ces choix seront matérialisés via un texte défilant ou s’affichant promptement. A vous de choisir le bon texte et au bon moment !

Et côté visuel ?

Le charadesign est signé Eiri Shirai, illustrateur du light novel : Grimgar : Cendres et fantaisies (adapté en animé et dispo sur Netflix.). Les personnages malgré leurs clichés classiques sont haut en couleurs avec un design détaillé qui reflète bien leur caractère. Les musiques accompagnant les scènes sont entraînantes et s’adaptent parfaitement à la situation. Mais la chose qui m’a plu le plus est le doublage : D’excellentes factures avec des seiyuu qui ont déjà “performés” dans plusieurs animes ou visual novel (Chaos:Head, Muv Luv, Corpse Party…). C’est juste parfait… D’ailleurs je vous laisse avec une petite vidéo histoire d’écouter leurs prestations.

Durée de vie….

Comptez une 40aine pour venir à bout du titre, avec des fins multiples suivant les choix pris au cours de l’aventure. Comme d’habitude, on regrettera l’absence de traduction française. Le jeu n’est disponible qu’en japonais avec des sous titres anglais, ce qui pourrai handicaper certains joueurs ;   même si le niveau requis pour y jouer convenablement n’est pas bien haut. Il manque aussi un lexique pour certains termes techniques.

Conclusion ?!

Je pense avoir fait le tour sans trop en dévoiler. Il ne reste plus qu’à vous inviter à découvrir le titre plus en profondeur. Le scénario est agréable à suivre, même si l’intrigue n’est pas au niveau d’un Stein’s Gate. L’ambiance ainsi que l’humour qui en ressort sont appréciables. Les relations entre les personnages, leurs histoires personnelles (même si certaines peuvent être jugées de classique) sont intéressantes. Ajoutez à ça un doublage de qualité, un charadesign sympathique et vous aurez un titre que je vous recommande chaudement.

Merci PQube pour la distribution rapide en France, on aimerait en avoir plus comme celui-là !

Ma note globale pour Our World Is Ended (PS4/switch) : 15/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Scénario
  • Graphismes
  • Humour
  • Doublage
  • Pas de sous titres FR

Merci @Uni_KennY pour son avis détaillé.

On termine avec le trailer de Our Wolrd Is Ended

Pour plus d’infos, faites un tour sur le site officiel ici.

Our World Is Ended sera disponible en France dès le 18 avril 2019 sur PS4 et Switch. Vous pouvez déjà le choper pas trop cher ici par exemple.

@gouaig

 

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire