[Test] Mon avis sur Far Cry 5 : ici c’est le Montana !

Depuis le weekend de Pâques, à part manger des cloches et des lapins en chocolat,  je joue à l’édition Gold de Farcry 5 (en démat’ via le PS Store, merci Ubisoft). Far Cry 5 a eu droit à un tapage médiatique assez important et pas mal de vidéos avant le lancement qui ont eu le mérite de nous mettre dans l’ambiance. Ainsi, Ubisoft nous a mis l’eau à la bouche avec un méchant qui parait assez charismatique contrôlant ni plus ni moins qu’une partie du Montana, rien que ça ! Deux ans après la sortie d’un Far Cry Primal vite oublié est-ce que cette pub en vaut la peine ? Cet opus nous redonnera-t-il goût des Far Cry que nous aimons temps ? (Le trois est mon préféré). La réponse est dans ce test de Far Cry 5 !

Comme à mon habitude on commence par se mettre dans l’ambiance avec un petit résumé de la situation afin que tout soit bien clair. Dans Far Cry 5, on se retrouve plongé au cœur du Montana, loin de nous les îles de vacances, des sommets enneigés et des Mammouths 😉 Pourtant, dans ces prairies et montagnes luxuriantes sévit un mal. En effet, en tant qu’adjoint d’un sheriff complètement dépassé, vous êtes chargé d’accompagner un US Marshall dans le but d’arrêter le chef d’un culte de fanatiques qui sévit dans le territoire et qui peu à peu à étendu son emprise sur toute la région. Il faut savoir que pour asseoir sa volonté, il a carrément placé ses trois enfants en tant que responsable chacun d’une partie du territoire.

Joseph SEED, voici le nom de votre pire cauchemar ! Cet homme se proclame comme le Père de toutes ses oilles, chargé par Dieu de sauver sa communauté de l’apocalypse. Dirigeant tout un territoire d’une poigne de fer et possédant un nombre de partisans hallucinant, il fait régner la terreur par la force. Autant dire que l’arrestation ne vas pas forcement bien et se passer, je vous laisse découvrir pourquoi… Concernant le perso que nous sommes, on devient membre d’une résistance jusque-là effacé. Votre mission si vous l’acceptez : libérer des otages, faire sauter des têtes et pleins d’autres trucs (j’adore quand c’est varié) 😉 En gros, libérer ce territoire de tous ces fanatiques !

Premier gros bon point pour Ubisoft, l’exploration. Ici, fini les tours d’observation qui font disparaitre le brouillard de la carte et révèle les points d’intérêt. Dans Hope Country vous devrez tout découvrir au fur à mesure de votre avancée dans l’histoire et de vos rencontres fortuites sur la route. Ce se fera en lisant des panneaux sur la route, en libérant des civils, en trouvant des cartes dans des lieux explorés, au détour d’un message laissé sur un répondeur ou même tout simplement sous forme de marqueurs sur la boussole. Ce système laisse beaucoup plus de liberté et permet d’apprécier le monde ouvert en le découvrant par nous-même. Cette nouvelle façon de faire laisse vraiment beaucoup de liberté et permet d’apprécier un Montana magnifique rempli de nombreuses activités. Les nombreuses vallées, forets, fermes et autres lieux sont immersifs et les façons de découvrir ces lieux sont nombreuses, quad, vanne, voiture, camion, tracteur, hélico et beaucoup d’autres. La balade serait presque parfaite si certains bugs n’apparaissaient pas. Par exemple en sautant du haut d’une cascade je me suis retrouvé bloqué sous le décor… C’est anecdotique je vous rassure.

Autre nouveauté, la possibilité d’être accompagné en permanence par un allié, voir même deux en débloquant la compétence. La liste des amis pouvant vous accompagner est plutôt pas mal, allant de la tireuse d’élite Grace, la chasseuse Jess, ou encore Adelaïde, pilote d’hélico vous couvrant par les airs et pour finir des amis plus poilu et plus sauvage comme Pêpeche le jaguar, Cheeseburger l’ours ou Boomer le chien. Il y en a d’autres mais je vous laisse les découvrir. Même les gens que vous libérez pourront vous prêter main forte. Pour ma part j’ai préféré progresser avec la liste précise des principaux qui nous font gagner des points de talents en accomplissant des défis. Chaque personnage aillant des capacités bien distinctes, il faudra bien choisir votre roster et surtout, pensez à ne pas les laisser mourir dans l’action car ils en feront de même pour vous. Dans le cas contraire ils seront indisponibles un certain temps.Ce n’est pas fini… Si jamais un de vos potes possède également Far Cry 5 vous pourrez l’inviter dans votre partie et progresser avec lui. C’est quand même sympa de tout faire péter avec un pote. Par contre seul celui qui invite recevra les trophées on dirait (sur PS4 tout du moins). A voir.

Revenons à ce qui nous intéresse le plus (enfin surtout moi) : l’arsenal disponible. Il est juste monstrueux. Pour des ennemis simples on peut utiliser la pelle ou la batte de baseball voire même les mains mais pour les plus coriaces on a une collection digne du paradis du bourrin. Au menu : couteau à lancer, pistolet, mitraillettes, mitrailleuses lourdes, sniper, fusils à pompes, lance grenades, lance-roquettes, lance flammes et bien d’autres encore que j’oublie. En plus de tout ça, même vos véhicules sont lourdement armés, hélico avec mitrailleuses et lance-roquettes, voiture avec calibre 50 à l’arrière (c’est la base sur un 4X4), camion américain avec double calibre 50 sur les élargisseurs de roue et bien d’autres encore. J’aime ce monde virtuel si doux et pacifique 😉

Bien connu des jeux dans des jeux de ce style, on a droit à un arbre de talent bien complet qui permettra de devenir un assassin discret ou un monstre d’artillerie. Un artisanat simplifié nous permettant de fabriquer des explosifs, des drogues boostant le métabolisme. Ici, contrairement à d’autres Far Cry, la chasse et la pèche servent uniquement à gagner de l’argent et pas du tout pour le craft ce qui appréciable. Pour toujours plus de variété et gagner encore plus vite les points de talents, il faudra accomplir des défis, du genre tuer 10 ennemis au lance-roquette ou bien d’autres. Le reste du jeu reste basique et conforme aux standards déjà connu dans la série Far Cry voir même d’autres jeux Ubisoft comme les avant-postes à conquérir, structures à faire péter, otages à libérer, du grappin etc. la liste est encore longue 😉

Un autre aspect du manque d’innovation, l’IA. Les ennemis sont variés mais il faut bien avouer que leurs réactions le sont beaucoup moins. Entre les temps de réaction assez long, les ennemis allant se cacher du mauvais côté ou même jetant leur grenade face au mur devant eux, on n’est pas vraiment en danger dans Far Cry 5. Même si les missions sont variées et même sacrément bien pensée, le niveau actuel de l’IA n’oblige pas de se la jouer comme dans Assassin’s Creed Origins (mon test est dispo ici). Cela rend Far Cry 5 très accessible comme jeu, certains apprécierons, d’autres moins.

Pour finir, outre la vingtaine d’heures que réclame la quête principale sans compter les multiples quêtes annexes, on trouve un grand nombre de bornes d’arcades. Celle-ci permettent d’accéder à Far Cry arcade. A l’intérieur on y trouve des affrontements en équipes, des deathmatchs et plein d’autres trucs sympa, . Si vous êtes fan de ce genre, ça devrait vous occuper un bon paquet d’heures.

En résumé, Far Cry 5 n’est pas parfait mais c’est un excellent opus ! Graphiquement magnifique et en restant basé sur le système qui a fait le succès de la série, Ubisoft a fait des merveilles dans Far Cry 5. Il a su donner envie de rejouer à un Far Cry (et faire oublier l’épisode Primal), avec une histoire intéressante et immersive dans un Montana chatoillant et pourtant si violant avec un méchant charismatique qui fait froid dans le dos. Tout ceci en amenant quelques nouveautés ou petits changements qui rendent la partie plus intéressante comme cette nouvelle façon de découvrir la carte. Si quelques effort avez été mis sur l’IA et les quelques bugs graphique Far Cry 5 aurait été à mon avis LE FPS ultime en monde ouvert. Il n’en reste pas moins que c’est un excellent jeu et c’est pourquoi il doit absolument figurer dans votre bibliothèque de jeux (PS4 pour ma part mais sur PC ça doit aussi être magnifique si la carte graphique suit).

Ma note globale pour Far Cry 5 : 18/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Hope County, une région graphiquement superbe
  • HUD épuré
  • Un nombre infini de choses à faire
  • La nouvelle façon d’explorer
  • Immersif
  • Les mercenaires et la coop.
  • Les thèmes et l’ambiance générale
  • Personnages convaincants, surtout la famille SEED
  • Le mode arcade
  • Le finish
  • Très ressemblant aux autres opus
  • I.A
  • Trop facile en mode “bourin”
  • Quelques bugs
  • PNJ clones chez les mercenaires

 

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel de Far Cry 5.

Far Cry 5 – qui est disponible depuis le 27 Mars 2018 sur PC, PS4 et Xbox – existe en 5 éditions différentes dont l’édition The Father :

En plus des éditions standard et Gold citons aussi l’édition limitée (exclu Amazon) : 

Alors quelle version de Far Cry 5 avez-vous (ou allez-vous) prendre ?  

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

2 pensées sur “[Test] Mon avis sur Far Cry 5 : ici c’est le Montana !

Laisser un commentaire