[Test] Mon avis sur Conan Exiles, le retour d’une légende ? (3 DLC Dispo)

Edit du 31/10 : c’est maintenant pas moins de 3 DLC qui sont dispo depuis la sortie de Conan Exiles.

DLC 1 : THE IMPERIAL EAST PACK (toutes les infos sont dispo ici)

DLC 2 : THE JEWEL OF THE WEST PACK (toutes les infos sont dispo ici)

DLC 3 : THE SAVAGE FRONTIER PACK (infos dispo ici)

Aujourd’hui, nous nous attaquons à une légende. Tout débute avec Robert E. Howard qui a inventé notre héros « Conan », le bien connu barbare incarné par Arnold Schwarzenegger dans les deux premiers films. Ce succès a été décliné en série dessin animé dans les années 90 et nous est revenu en film plus récemment. Loin de moi l’envie de critiquer mais rien ne vaut les deux premiers films 😉 N’étant pas le premier essai de Funcom sur le sujet avec Age Of Conan qui était sorti en 2008, il nous remet dans le bain et rappelle ce barbare à notre bon souvenir. Cette nouvelle déclinaison plaira-t-elle aux puristes dont je fais partie?

Ici on n’incarne pas le fameux Cymmérien, mais un simple bougre (ou bougresse) crucifié nu dans le désert pour une ou des raisons plus que douteuses. Notre sauveur n’est autre que Conan, la suite de l’histoire c’est à nous de la faire avec une seul devise, celle de notre sauveur « écraser ses ennemis, les voir mourir devant soi et entendre les lamentations de leurs femmes » (quel poète). Une foi ces déboires passés c’est la survie qui nous attend dans un monde sauvage. A nous de faire notre place dans ces terres de l’Exiles en développant nos capacités, nous enrichir et peut être devenir l’homme qui assomme les dromadaires à mains nues.

Au lancement du jeu rien de compliqué. Nous devons choisir entre un mode en ligne et un mode solo qui nécessite tout de même une connexion internet afin de pouvoir jouer. Pour ce qui est du mode en ligne plusieurs parties sont hébergées sur le même serveur. Bonne chose, les joueurs peuvent créer un serveur via G-portal pour environ 16 Euros par mois. Premier mauvais point pour Funcom, si on crée un personnage sur un espace on ne peut le jouer que sur cet espace, sous peine de devoir tout recommencer, sachant que les parties ne comportent que 40 joueurs cela pose un premier problème de jouabilité en ligne. Pour le reste en ligne ou solo, la finalité est la même.

Les débuts sont compliqués, notre corps réclame à manger, à boire et du repos. Une fois près d’une rivière on peut boire tranquillement… Enfin presque ! De nombreux chasseurs, tribues hostiles et créatures s’en prendront à nous pendant que nous essayons de survivre dans ce monde que nous découvrons. Au début, la fuite reste la principale solution, autant vous dire qu’avec mes affinités au mode bourrin mes débuts ont été difficiles 😉 Il faudra passer beaucoup de temps à cueillir, ramasser du bois, des pierres, de la peau etc, afin d’avancer et devenir un chasseur au lieu d’une proie 😉

On en vient au système de craft qui est un des piliers de Conan Exiles. Toute la collecte ainsi que le craft se fait de manière progressive, craft de nos premiers outils, premiers vêtements, premières armes, outre d’eau, etc, après cela la vie devient plus facile, attention tout de même à ne pas prendre trop la confiance (mais ne vous inquiétez pas Exiles vous ramènera sur terre). Au fur à mesure la cueillette et le ramassage deviennent de plus en plus simple et le craft devient de plus en plus complet, permettant de construire des murs, des habitations et de nombreuses installations facilitant la vie (comme par exemple un garde manger) et nous protégeant par la même occasion des intempéries et des ennemis. Les adeptes de la première heure pourrons même reconnaitre un pilier de Conan le barbare qui a contribué à faire de lui l’homme qu’il devient dans le premier film, et oui la roue de la souffrance, elle est la et vous permettra d’asservir des hommes et d’en faire vos esclaves. Pour en revenir au craft même s’il est alléchant au début deviendra de plus en plus complexe et demandera de plus en plus d’éléments, ce qui peut devenir assez rébarbatif. De même les constructions de murs, sol etc demandent un nombre conséquent de matériaux et donc beaucoup de temps.

Le système d’XP quant à lui est plutôt simple et sommaire. La découverte de lieux, le craft et les tueries nous ferons prendre un minimum d’expérience, il nous faudra réaliser des « périples » afin de voir notre barre prendre un coup de fouet. Ces périples sont simples, découvrir un lieu précis, enchainer des attaques ou crafter certains éléments. Au fur à mesure des niveaux on pourra développer les deux éléments de bases de notre personnage : les attributs, qui correspondent à notre force, agilité, vie, etc et nos aptitudes qui nous permettrons de fabriquer des éléments ou des armes de plus en plus solides et puissantes.

Une fois les bases de notre propre survie posées, on a une seule envie, c’est d’aller explorer ce monde qui demeure assez vaste et qui alterne désert, ruines, oasis, camps, simples couchettes ou milieux d’oasis, monstres improbables, etc. Les décors et effets de lumières sont une réussite. A contrario beaucoup de bugs ou défauts d’affichage viennent noircir le tableau (certains se corrigent au fil des mises à jours mais ce n’est pas parfait pour autant). Les exemples sont simples comme le fait de pouvoir escalader, qui sur le papier donne de la liberté à nos déplacements, mais qui dans les faits a des animations approximatives. On n’a pas envie de voir de tels ratés sur un jeu plutôt bien fait, comme lors des combats, dommage pour un jeu ou c’est un peu la base.

Attaquons nous à la dernière partie de ce jeu et non pas des moindres, le mode en ligne. Ce mode sera celui qui amènera le plus d’intérêt et pour cela plusieurs choix s’offrent à nous :

  • un mode peuplé de gens fondant leur propre empire et pouvant nous aider à défendre le nôtre contre des ennemis géré par l’IA;
  • le mode JcJ ou là ce sera chacun pour sa peau en plus de l’IA et il faut l’avouer ce mode reste le plus intéressant et le plus authentique.

Comme dit au début de ce test un problème et non des moindres vient noircir le tableau. Les espaces n’accueillent que 40 joueurs et si on avance sur un serveur il nous faudra nous reconnecter sur le même afin de continuer la partie. Autant dire que les connections sont compliquées et tout reprendre à chaque connexion ou se mettre sur un espace vide va enlever de l’intérêt à ces modes.

Pour conclure Funcom nous offre un Conan Exiles qui nous met bien dans l’ambiance du thème et où la survie est bien gérée. La partie craft est l’un des gros points fort de ce jeu. Le mode en ligne, surtout le JcJ tire la pleine capacité de cet univers, mais un remaniement des espaces pouvant ouvrir plus de possibilité serait le bienvenu. Les bugs graphiques restent un problème qui fait passer ce jeu plus pour une bonne beta que pour un jeu fini. Espérons que Funcom fera le nécessaire à l’avenir afin que ce jeu tire ca pleine capacité (ce qu’on commence à voir arriver grâce aux multiples mises à jour sorties).

Ma note globale pour CONAN Exiles (testé sur PC) : 12/20

J’ai aimé

J’ai moins aimé

  • Monde immersif et vaste
  • Graphismes en général et jeux de lumières
  • Univers de Conan bien retranscrit
  • Une survie de tous les instants et les menaces permanentes
  • Le craft et ces nombreuses possibilités
  • La gestion des combats et d’autres systèmes comme les esclaves
  • Les approximations graphiques
  • Les serveurs et les emplacements trop peu nombreux
  • Répétitivité de la cueillette et du ramassage
  • Pas de vrai scenario

 

On termine avec une belle vidéo de Conan Exiles :

Edité par Koch Media, Conan Exiles est dispo depuis le 05 Mai 2018 sur PS4, Xbox one et PC.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à faire un tour sur le site officiel.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

Laisser un commentaire