[Test] Gran Turismo Sport : Il vaut le coup ce GT Sport ?

Après avoir testé Project Cars 2, me revoici au volant (enfin au joypad plutôt) pour le dernier des trois gros jeux de simulation automobile de cette fin d’année. Après Project Cars 2 et Forza Motorsport me voici donc face à l’écran pour Gran Turismo Sport (GT Sport quoi). J’ai juste essayé Forza (à la PGW) mais aillant bien roulé sur Project Cars 2 je vois bien GT Sport se glisser à la 2ème place mais il est temps d’en avoir le coeur net car Polyphony Digital s’y connait en jeu de course 😉 Place au test GT Sport PS4 !

Tout d’abord, avant de commencer, il faut savoir que Sony et Polyphony ont annoncé la couleur : GT sport n’est pas un Gran Turismo comme on les a connu jusqu’à aujourd’hui. En effet, il est principalement axé sur le multi en ligne !

Polyphony Digital n’en est pas à son coup d’essai et a l’habitude de faire des jeux de course s automobiles et ça se sent dès les premières secondes. En arrivant sur la page d’accueil, contrairement à Project Cars 2, le menu est aéré et clair, laissant une place centrale pour diverses photographies, image du jeu et cours de l’Histoire automobile.

Même si on sait que GT Sport est orienté Multi online, je préfère commencer par le commencement,  le mode solo. Dans ce mode on trouve en premier lieu un mode arcade rassemblant l’essentiel : du contre la montre, course simple, défi dérapages, courses personnalisées (où on peut régler le nombre de voitures, de tour, heures de la journée, etc), du versus en écran scindé et du VR. Rien de bien exotique mais tout est là (le VR en prime) et cela vous permet d’accumuler tranquillement des crédits et de l’expérience. Bon point pour GT Sport, le versus en écran scindé est bien présent. Ca permet d’affronter des potes sans être en ligne.

Il y a ensuite un mode campagne, mais rien à voir avec les autres Gran Turismo, ici il n’y a que l’école de conduite et ses épreuves de permis (fer de lance de Polyphony et des GT) ainsi que des défis et l’expérience circuits qui vous permet de découvrir les circuits pas à pas. Ici, il n’y a pas de quoi passer trop de temps avec le mode école de conduite. On a deux fois 24 exercices et une récompense tous les huit challenges. Comme d’habitude on apprend à accélérer, freiner, virer, etc. Il en est de même pour les soixante-quatre défis avec toujours une récompense à la clef tous les huit défis. Pour les circuits, cela vous permet juste de découvrir chacun d’entre eux pas à pas et de récupérer quelques crédits mais pas de voitures bonus 🙁 On peut se demander si Polyphony n’aurait pas mieux fait de fusionner l’expérience circuit avec les deux autres modes ? Du coup, pour les habitués de GT Sport, pas de grandes surprises ni de grandes nouveautés, juste des modes interessants pour récupérer des voitures gratuitement et permettant de se lancer ultérieurement dans le mode multi sans être à la ramasseet devoir “farmer” (via des courses a répétition) afin de récupérer des crédits pour acheter une voiture digne de ce nom.

Entre le mode arcade et le mode campagne cela nous permet de découvrir les paysages les circuits ainsi que les voitures et de les prendre en main à notre rythme. La courbe de progression est assez bonne et la prise en main se fait en douceur pour ceux qui ne connaissent pas GT Sport. Mais il n’y a pas que ça, on aurait pu croire avec son passif d’IA pas très efficace que Polyphony s’est mis au multi pour combler cette lacune, mais il n’en est rien, contrairement à Project Cars 2 et aux anciens Gran Turismo, l’IA ne joue pas à “destruction derby”, ne fait plus la chenille, etc. Elle est tenace quand il faut sans vous poussez dans le décor, commet des erreurs de trajectoires et s’attaque même entre eux vous permettant de passer. L’ensemble est donc agréable sans être trop simpliste.

Petite ombre à ce tableau l’instant parfait, GT Sport ne compte que dix-sept circuits, décliné en une quarantaine de tracés. Sans vous ressortir les chiffres de Project Cars 2, je peux vous dire que c’est largement en dessous de ce à quoi l’on pouvait s’attendre. Autre point négatif, il n’y a que 6 circuits existant vraiment IRL, même pas de Monza ou encore de Le Mans. On aurait pu penser que pour fêter les 20 ans de Polyphony il aurait ressorti en grande pompe les circuits mythique comme Apricot Hill ou Trial Mountain mais même pas. Et ce n’est pas fini car au niveau des véhicules aussi il y a de la restriction. On ne compte que 170 modèles différents ce qui inclut des tas de déclinaisons de versions pour gonfler le nombre.

Au niveau des déceptions ce n’est pas tout. Outre ce contenu un peu faiblard Polyphony ne nous offre  pas la météo dynamique. Certes on peut choisir l’heure de la journée pour les circuits et même en avoir de nuit ainsi que quelques challenges sur pistes mouillées mais rien de plus. Pour un jeu qui propose des courses d’endurance rudement bien ficelées c’est moche de ne pas rajouter un peu de réalisme et de difficulté avec une météo changeante au fil des tours. A ce niveau, Project Cars 2 a une bonne longueur d’avance sur ses deux concurrents du moment.

Revenons à des choses bien plus alléchantes. GT est une vraie vitrine de l’automobile et de son histoire. Comme dit plus haut dans le menu principal les images et des histoires de l’automobile s’enchainent avec un rendu photoréaliste. Ce n’est pas tout car lorsque l’on fait un tour chez les concessionnaires on en prend aussi plein la vue. Outre les voitures à acheter on a aussi droit à des diaporamas sur l’histoire des différentes marques avec leurs plus grand succès, des infos diverses et des anecdotes. Une sorte de wiki-automobile 😉

Autre point appréciable, toutes les voitures que vous acheté ou gagné peuvent être customisées légèrement au niveau moteur et poids mais surtout au niveau design extérieur. On peut même customiser son casque et sa combinaison de pilote, histoire de créer un ensemble classe pour se la péter lors des victoires en ligne.

Pour ce qui est des récompenses, elle fusent dans tous les sens. Outre les voitures, on trouve également de l’XP qui permet de débloquer des circuits mais aussi des miles, en gros plus vous parcourez de distance plus cela augmente. Ca permet d’améliorer les performances moteur de votre véhicule mais aussi d’acheter des stickers pour les customisations des casques ou autres. En plus de tout ça GT Sport enregistre toutes vos stats (litres d’essence consommés, distance totale parcourue, etc,) pour remplir des succès ce qui vous donne de l’XP et des milles. Il faut être franc perso j’aime bien recevoir pleins de cadeaux 😉

Venons-en enfin au sujet principal de GT Sport :La compet en multi en ligne. Cœur de cet opus , ce mode est plutôt bien fait et Polyphony a su tirer son épingle du jeu. Avant de lancer votre première course en ligne vous devrez suivre des cours de fair-play afin de devenir un bon conducteur. Le concept parait prometteur mais ne consiste qu’à visionner deux vidéos…Pour la suite on a le choix entre trois évènements différents, dont deux ne sont disponibles qu’en soirée. Pour ce qui est des courses quotidiennes en gros trois catégories de voitures et une course toutes les 15 à 20 minutes. A partir du moment où la course est disponible, c’est-à-dire 15 minutes avant le début, vous pouvez vous inscrire et commencer à faire chauffer la gomme, en effet le système garde en mémoire votre meilleur tour sur chaque circuit. Lors du début c’est votre temps qui dictera (en fonction de vos adversaires bien sûr) votre place sur la grille de départ. Si votre position vous convient on reste comme ça sinon vous pourrez toujours essayer d’améliorer le chrono. Il va s’en dire que chaque jour les évènements sont différents, une autre motivation pour vous connecter chaque jour.

Comme dans Project Cars 2 vous pouvez aussi créer vos propres courses avec un grand nombre de paramètres réglables : niveau des pilotes, ravitaillements, nombres de tours, etc. Autre ressemblance avec Project Cars 2 c’est le système de pénalité qui rajoute des secondes à votre chrono et qui peut donc vous faire perdre quelques places. C’est important car c’est le cumul des temps qui fait votre classement et non votre place dans la courses. Trop de pénalités et s’en est fini de vous et autant vous dire que les premiers ne font pas beaucoup d’erreurs. Pour ma part même sans pénalité je me prends facile 20 à 40 secondes sur le temps total par rapport au 1er. J’ai encore du boulot pour finir premier en ligne. Vos performances en course et en fair-play vous donnerons des notes allant de S, A, B, C, D et E qui vous ferons rejoindre des parties avec des gens aillant au maximum les même notes que vous. Comme dans Project Cars 2, le système de calcul n’est pas clair et on aimerait plus d’explications. Ce qui est sûr et dommage c’est que même lorsque vous vous faites rentrer dedans le système estime que vous êtes fautif 🙁 Espérons que cela ne sera pas un cercle vicieux nous empêchant de remonter dans le classement.

Dernier point à aborder, mais pas des moindres, les graphismes. GT n’est pas le premier de la classe, certes il est extrêmement beau mais souffre de quelques petits défauts comme la nuit ou l’ensemble est plat et terne. Au niveau des voitures le rendu me parait un poil en dessous de Project Cars 2, même si elles sont très belles. Par contre les décors en journée dépassent largement celui de son concurrent direct 😉

En conclusion, GT Sport est un très bon jeu de simulation automobile (porté arcade) comme ses prédécesseurs. Le fait de se pencher sur la compétition en ligne est assez sympa mais risque de faire peur à quelques vieux joueurs fan de la série, mais rassurez-vous l’ensemble de ce GT reste sur la trajectoire de ses prédécesseurs (celle du succès ?). Ici tout y est, le jeu n’est ni trop simple ni trop compliqué et les aides sont nombreuses. On regrettera quand même le manque d’un mode championnat hors ligne et un contenu un peu maigre face à ces concurrents. Facile à gérer à la manette car plus porté arcade, il est encore plus savoureux au volant (croyez moi j’ai testé à la PGW). Ca apporte une petite touche en plus pour apprécier ce jeu comme il se doit. Un peu comme Project Cars 2 même si moins obligatoire pour profiter pleinement du contenu. En gros Gt Sport est un excellent jeu de courses automobiles surtout si vous appréciez les courses en multi !

Ma note globale pour GT Sport : 16/20

J’ai aimé J’ai moins aimé
  • Conduite accessible
  • Compétition en ligne bien faite
  • Efficace à la manette et formidable au volant
  • Très beau dans sa globalité
  • Passion de l’auto ressentie à chaque instant
  • Des sons vraiment bons
  • Contenu un peu faible
  • Le rallye inutile et hors sujet comme pour Project Cars 2
  • Le système de pénalité pas très clair
  • Pas de météo dynamique
  • Mauvaise gestion des collisions
  • Le mode VR n’est pas jouable contre un véritable adversaire (limité à 1 voiture contrôlée par l’IA)
  • Pas d’XP obtenue en mode VR

Pour les différentes éditions de GT Sport on a le choix : standard, Day One, Steelbook, Collector etc…

Au fait, vous saviez qu’une PS4 édition GT Sport était aussi dispo ?! Pour la commander c’est par icihttp://amzn.to/2jpBICp

Pour plus d’informations, faites un tour sur le site officiel de GT Sport.

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

2 pensées sur “[Test] Gran Turismo Sport : Il vaut le coup ce GT Sport ?

Laisser un commentaire