[Preview] God Of War : avis après 3h de gameplay

Vous le savez si vous me suivez sur les réseaux sociaux (Twitter ou Instagram), j’ai eu la chance d’être invité par PlayStation pour tester durant 3h le très attendu God Of War et je peux enfin partager mes impressions avec vous. Le test se déroulait dans un lieu privatisé pour l’occasion et thématisé à l’effigie de God Of War. Une quinzaine de PS4 pro étaient disponibles et manette en main j’ai pu jouer au début de l’aventure God Of War sans voir le temps passer. Je vous raconte tout !

Pour la première fois au monde, God Of War était jouable par quelques privilégiés dont j’ai fait partie. Installé dans un décor tout de pierres et de bois je me serai cru en plein dans la mythologie Nordique ! En effet, c’est là qu’on va retrouver Kratos depuis qu’il a détruit l’Olympe 😉 Casque Sony sur les oreilles, Dualshock 4 V2 en main et face à une TV de 40 pouces 4K HDR de chez Sony, la PS4 Pro lance ce très attendu God Of War. Le menu m’accueille avec Kratos qu’on retrouve avec plaisir car on le croyait disparu à la fin de God Of War 3. Ce demi dieu a bien vieilli et il a même un enfant. Je lance sans attendre l’aventure et le début de God Of War me pète aux yeux ! En effet, Kratos est au premier plan et il faut bien avouer que son rendu visuel est impressionnant. Je ne sais pas si c’est la 4K ou la HDR qui fait merveille mais c’est beau, la texture de la peau par exemple est bluffante. Le genre de jeu qui vus fait craquer pour une PS4 Pro direct ! Ca tombe bien Sony sort une édition Collector God Of War de la PS4 Pro au look assez classe (voir ici).

Ne nous laissons pas déconcentrer par ces graphismes au combien plaisants pour commencer et amorcer cette narration avec un tutoriel intégré. On découvre les commandes qui mettent les gâchettes à l’honneur pour les différents coups de Kratos (coups rapides, coups puissants). Ce dernier est avec son fils et doit couper un arbre, l’occasion de manipuler la hache qui on le verra plus tard, peut se lancer à la manière du marteau de Thor (on la rappelle en pressant triangle) et même s’améliorer via un système de “craft” avec des runes et des améliorations possibles. La forêt ou ils vivent est en train de changer semble-t-il même si on n’en sait pas plus. Atreus, le fils de Kratos a d’ailleurs énormément de questions et dans l’ensemble répond souvent “je ne sais pas”.

Ce début d’aventure en forêt est l’occasion pour Atreus d’améliorer ses techniques de chasse d’animaux (pour l’instant). Jusqu’à maintenant c’est sa mère qui lui a tout enseigné mais le moment est venu que ce soit Kratos qui prenne le relais. Au tout début de l’aventure on est même sur une barque, ce qui laisse présager des phases aquatiques mais pas en nageant, seulement en bateau (c’est plus pratique pour utiliser sa hache).

Je ne sais pas si on pourra jouer Atreus plus tard dans God Of War mais pendant les 3 premières heures de jeu je n’ai pu que jouer avec Kratos. Il est d’ailleurs toujours au premier plan de nos actions ce qui classe ce jeu dans la catégorie des TPS. La caméra se manipule au stick droit et sait se placer de telle manière à mettre en valeur l’action en cours. Elle fait tout pour rendre l’action plus intensive et illustre la narration quand il faut. C’est souvent un objet de frustration mais dans ce God Of War j’ai agréablement surpris par la caméra. En général Kratos est plutôt sur la gauche de l’écran pour laisser le champ à sa hache (il est droitier) pour anéantir les Draugr notamment (morts vivants de la Mythologie Nordique). En fonction ce qu’il se passe ou de son action (grimper, viser ou autres) notre demi dieu sera placé différemment. D’ailleurs Kratos ne peut pas “sauter” enfin disons qu’il n’y a pas de bouton pour cela. Au bord de falaise ou pour franchir un obstacle on peut appuyer sur O ce qui interagit avec le décor mais ce sera le seul moyen. Ca n’empêchera pas Kratos de s’envoyer en l’air lors de combo de folie pour des “finish him” explosifs et percutants.

Kratos enseigne donc la chasse à son fils car il a besoin de savoir se débrouiller seul dit-il. Les débuts sont hésitants et donnent lieu à quelques ratés. Petit à petit le petit Atreus va gagner en ski pour finalement devenir un soutien pour son père. En effet, son arc et surtout ses flèches seront utiles toucher des ennemis rapides ou détourner leur attention. Attention cependant, Atreus n’est pas invincible et il faudra aussi veiller à ce qu’il ne soit pas terrassé. C’est donc cet aspect qui s’avère être novateur dans le gameplay de ce nouveau God Of War. On est épaulé et ça va aller crescendo. Toujours protecteur, Kratos souhaite que son fils ne tire que sur les bêtes (ou bestioles) mais pas sur les personnes (dans un premier temps). Vous l’avez compris, des Hommes s’opposeront à notre tandem contraint de quitter sa maison et de progresser dans la forêt.

L’aventure va crescendo avec quelques ennemis assez faciles à battre jusqu’à un premier boss qui fait office de validation de nos acquis. Que ce soit à mains nue ou avec notre Hâche, les coups sont percutants et mettent l’action en valeur. Les enchaînements ont toujours leurs importances tout comme la protection avec notre bouclier (via L1) ou les esquives (avec X).

Tout comme dans Dark Souls III il faudra être en mouvement pour survivre. Ayant joué en niveau normal, le défis était déjà de taille et il ne faudra pas tenter la méthode bourrin si on veut survivre. Heureusement, il y a toujours de quoi restaurer sa barre de vie et des objets à chercher/récolter ici et là. Quelle exaltation quand la barre rouge est pleine et qu’on peut déclencher la Spartan Rage (en appuyant sur L3 et R3 en même temps). Kratos enchaine les coups à une allure folle pour toujours plus de dégâts. Grisant comme sensation.

Au niveau du bestiaire, j’avais peur d’avoir des ennemis trop petits ou du moins impressionnant. Il faut bien avouer que je n’ai pas été déçu. Non seulement les ennemis sont de taille conséquente et les premiers boss rencontrés sont bien grands mais d’autres le seront encore plus j’espère. Je regrette que certains ennemis ne soient pas plus variés mais ce n’est que le début de l’aventure. Les affrontements contre des Hommes est encore plus impressionnant avec du sang partout. Il faut d’ailleurs concéder que God Of War est sanglant, très sanglant parfois. Il faudra donc ne pas le laisser dans toutes les mains. Avis aux amateurs et au parents 😉

Au delà de l’aventure principale, d’autres objectifs s’ajoutent dans votre journal accessible via le pavé tactile. Une pression sur Option affiche tout l’équipement de nos deux protagonistes. Une rencontre avec des marchands permettra de faire évoluer nos armes (même l’arc d’Atreus) et autres équipements alors qu’on pourra aussi acquérir plus de compétences en convertissant des points d’XP. Ces dernières sont bien utiles car elles apportent des enchainements visuellement percutants et surtout efficaces (c’est le but). De ce côté là pas d’innovation particulière mais une excellente réalisation. Sinon la progression est guidée et même si on peut fouiller dans quelques recoins (pour choper de la monnaie et des objets à collecter), il faudra suivre le chemin convenu. Rassurez vous il y a des tas d’endroit à explorer qui sont pour certains optionnels (même certains boss), tout comme des quêtes annexes. On n’est donc pas 100% libre mais c’est le prix à payer pour une réalisation visuelle aussi réussie. De plus on est ici dans un jeu d’action, on n’est pas là pour farmer ou faire pousser des salades 😉

En résumé, cette preview de God Of War m’a rassuré et je m’en porte garant, vous ne serez pas déçu; les 3 premières heures du moins, après je n’ai pas encore testé 😉 Le périple de Kratos et Atreus promet d’être conséquent et je n’ai pas trop de doute sur la durée de vie. En effet, en 3h de jeu, je n’ai même pas l’impression d’avoir terminé le parcours d’initiation et didactique (même si j’ai perdu du temps et du m’y reprendre à plusieurs fois sur certains boss). God Of War promet donc d’être conséquent avec des phases d’actions pures (avec de la technique), des phases de progression horizontale et verticale (un peu à la Uncharted) et de puzzles qui font travailler les méninges pour ménager vos doigts entre deux phases de combats intenses. Tous ces aspects ajoutés à ce lien père-fils grandissant au fil de l’aventure entre Kratos et Atreus laisse envisager un excellent God Of War. Reste à savoir si la durée de vie tient ses promesses jusqu’au bout, si l’action ne sera pas trop répétitive à force ou si ce soutien d’Atreus sera bien mené. Atreus devra t-il prendre la succession de son père ? Pour le savoir rendez-vous le 20 avril pour la sortie de God Of War !

Pour précommander, il n’est pas trop tard (même le collector) et c’est par ici. Notez que les éditions Pix’n Love sortiront également un ouvrage dédié à l’histoire de God Of War. Toutes les informations sont dans cet article.

 

 

 

 

 

 

 

@gouaig

Gouaig

Un peu geek sur les bords je m'intéresse plus particulièrement aux jeux vidéo. J'adore les produits mobiles mais plus largement toutes les innovations technologiques. Je suis également fan de Starwars, Disney, Mangas, Starbucks... Le tout à la sauce père de famille ! Contact : Twitter @Gouaig - Mail Gregturcotti@yahoo.fr

3 pensées sur “[Preview] God Of War : avis après 3h de gameplay

Laisser un commentaire